Archives de catégorie : Faune/Flore

Le Secrétaire général de l’ONU: Discours prononcé à l’Université de Columbia : « l’Etat de la Planète » – 2 décembre 2020

Je remercie l’Université de Columbia de son accueil et je souhaite la bienvenue à celles et ceux qui, dans le monde entier, nous ont rejoints en ligne.  C’est une manière inhabituelle de se rencontrer, mais l’année qui s’achève ce mois-ci n’aura ressemblé à aucune autre.  Nous faisons face à une pandémie dévastatrice, le réchauffement planétaire atteint de nouveaux sommets, la dégradation de l’environnement n’a jamais été pire et nous accusons de nouveaux reculs sur la voie des objectifs mondiaux qui pourraient rendre possible un développement plus équitable, plus inclusif et plus durable. Pour dire les choses simplement, la planète est dans un piètre état.  L’humanité fait la guerre à la nature.  C’est une entreprise suicidaire.  Car la nature répond toujours coup pour coup, et elle le fait déjà avec une force et une fureur de plus en plus grandes.  La biodiversité s’effondre.  Un million d’espèces sont menacées d’extinction.  Les écosystèmes disparaissent sous nos yeux.  Les déserts gagnent du terrain.  Les zones humides sont en train de disparaître.  Chaque année, nous perdons 10 millions d’hectares de forêts. للغة العربية، واصل هنا Continuer la lecture

La technologie suscite l’espoir pour les rhinocéros blancs du nord de l’Afrique, une espèce en danger.

Victimes de braconnages, les rhinocéros blancs mâles du Nord ont disparu en 2018. Photo: Jemu Mwenda

Victimes de braconnages, les rhinocéros blancs mâles du Nord ont disparu en 2018. Photo: Jemu Mwenda

Mwenda, gardien et guide de la faune kenyane, raconte avec douceur et amertume l’un de ses souvenirs préférés du “Soudan”, le rhinocéros mâle blanc du Nord, mort il y a deux ans, qui a fait la une des journaux du monde entier.  “Le Soudan était le dernier rhinocéros blanc du nord connu”, explique Jemu Mwenda, qui travaille à l’Ol Pejeta Conservancy, un centre de protection de la faune sauvage au Kenya. “Un soir, alors que je le nourrissais, je l’ai vu pleurer et je me suis demandé pourquoi il pleurait.  Il continue : “Les gens peuvent penser que les animaux n’ont pas de sentiments, mais quand j’ai regardé le Soudan dans les yeux, j’ai ressenti la douleur qu’il ressentait. “Ce n’est pas facile d’être le dernier de son espèce sur notre planète. Je pense que le vide de l’extinction, qui signifie pour toujours, et ne jamais revenir, est tragique. C’est un vide qui aurait rendu le Soudan très triste. Cela m’a vraiment transformé et m’a aidé à savoir que j’ai la responsabilité d’être sa voix”. Continuer la lecture

La pandémie de Covid-19 montre que la criminalité liée aux espèces sauvages est une menace pour la santé humaine

Photo : UNEP

Photo : UNEP

Lorsque les animaux sauvages sont victimes de braconnage, abattus et vendus illégalement, le potentiel de transmission de maladies zoonotiques – celles causées par des agents pathogènes qui se propagent des animaux aux humains – augmente, selon un rapport publié vendredi par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Les zoonoses représentent jusqu’à 75% de toutes les maladies infectieuses émergentes et incluent le SRAS-CoV-2 qui a provoqué la pandémie de Covid-19. Les produits tirés des espèces faisant l’objet d’un trafic pour la consommation humaine échappent par définition à tout contrôle sanitaire. A ce titre, ils présentent des risques encore plus grands de maladies infectieuses. Le rapport note que les pangolins, qui ont été identifiés comme une source potentielle de coronavirus, sont les mammifères sauvages les plus trafiqués au monde, les saisies d’écailles de pangolins ayant décuplé entre 2014 et 2018. للغة العربية، اضغط هنا Continuer la lecture