Archives de catégorie : Ebola

الأمين العام يعقد اجتماعا رفيع المستوى لحشد الدعم لمحاربة الإيبولا

474531-banيعقد الأمين العام للأمم المتحدة بان كي مون اجتماعا رفيع المستوى اليوم الخميس حول الاستجابة لتفشي مرض الإيبولا في عدد من دول غرب أفريقيا.وقال ماجد عبد العزيز المستشار الخاص للأمين العام المعني بأفريقيا إن الاجتماع يهدف إلى زيادة الوعي الدولي بمشكلة الإيبولا.  Continuer la lecture

OMS : réunion de 200 experts à Genève sur des traitements contre Ebola

08-27-2014Ebola_TestQuelque 200 experts se réunissent jeudi et vendredi à Genève pour faire le point sur les traitements expérimentaux qui existent contre le virus Ebola qui ne cesse de s’étendre en Afrique de l’Ouest et qui menace plus de 20.000 personnes selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les experts, réunis à huis clos, doivent analyser « les possibilités de production et d’utilisation de ces traitements » expérimentaux.  Continuer la lecture

OMS: renforcer la préparation et la riposte des pays à Ebola

ebola-brazzavilleRécemment l’OMS a commencé une première série d’ateliers sur la préparation et la riposte visant à renforcer les mesures de lutte du continent contre la flambée de la maladie à virus Ébola (EVD) qui survient dans les régions de l’Afrique de l’Ouest. Le premier atelier a eu lieu à Brazzaville, au Congo.  Continuer la lecture

Ebola : l’OMS présente une feuille de route pour renforcer la lutte contre la maladie

08-26-2014Health_EbolaL’Organisation mondiale de la santé (OMS) a présenté jeudi une feuille de route pour renforcer la lutte contre l’épidémie d’Ébola en Afrique de l’Ouest. L’objectif est d’arrêter la transmission de la maladie, de gérer les conséquences de sa propagation au niveau international et d’aider les pays à faire face à l’impact socio-économique de l’épidémie. Continuer la lecture

خارطة طريق جديدة لمحاربة مرض الإيبولا

EBOLA (1)ذكرت منظمة الصحة العالمية أنها ستحتاج إلى نحو خمسمائة مليون دولار خلال الأشهر التسعة المقبلة للسيطرة على تفشي وباء الإيبولا في غرب أفريقيا. وللمساعدة في تنسيق وتوجيه الاستجابة الدولية للوباء أصدرت المنظمة خارطة طريق تفصل خطط العمل والاحتياجات المالية بهدف وقف انتقال المرض في فترة تتراوح بين ستة وتسعة أشهر. وقال الدكتور بروس إيلوورد مساعد المديرة العامة للمنظمة لعمليات الطوارئ إن الحاجة تستدعي توفير نحو ثلاثة عشر ألف عامل في المجال الصحي للمساعدة في احتواء المرض في الدول الأكثر تضررا منه وهي غينيا وليبيريا وسيراليون.  Continuer la lecture

الإيبولا: وفاة أكثر من 120 عاملا في مجال الرعاية الصحية وإصابة 240 عاملا أخرين في غرب أفريقيا

ebola-healthcareworkerقالت منظمة الصحة العالمية إن انتشار فيروس الإيبولا في غرب أفريقيا هو أمر غير مسبوق في نواح كثيرة، بما في ذلك إصابة نسبة كبيرة من الأطباء والممرضين والعاملين في الرعاية الصحية الآخرين بالمرض. وذكرت المنظمة، أن أكثر من 240 عاملا في مجال الرعاية الصحية أصيبوا بالإيبولا في كل من غينيا وليبيريا ونيجيريا وسيراليون، وتوفي أكثر من  120 عاملاً حتى الآن. وذكرت المنظمة أن الإيبولا قد أودت بحياة أطباء بارزين في سيراليون وليبيريا، الأمر الذي أدى إلى حرمان هذه الدول من خبراء الرعاية الطبية. وقالت المنظمة إن عدة عوامل ساعدت على تفسير النسبة العالية من الإصابات في صفوف الطاقم الطبي، منها النقص في معدات الحماية الشخصية أو الاستخدام غير الصحيح لهذه المعدات.  Continuer la lecture

Ebola : le combat de l’OMS face à la propagation du virus en Afrique de l’Ouest

ebola1L’Organisation mondiale de la santé (OMS) entend prendre les devants face à la propagation rapide du virus Ebola en Afrique de l’Ouest, au moment où la République démocratique du Congo a confirmé dimanche la présence du virus sur son territoire. Les Nations Unies et la communauté humanitaire se préparent au risque d’une nouvelle flambée de l’épidémie d’Ebola au Liberia, où le virus s’est désormais propagé à l’ensemble du territoire. Continuer la lecture

Ebola : coup de projecteur sur les efforts coordonnés dans la lutte contre l’épidémie

140822-ebola-oms

Face aux préoccupations croissantes causées par l’épidémie d’Ebola, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a ouvert un centre de coordination a Conakry en Guinée. Ce centre coordonne le travail effectué par les gouvernements, l’OMS et les agences partenaires dans les pays affectés, c’est-à-dire la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. Selon l’OMS la coopération transfrontalière est cruciale pour faire face à l’épidémie. Les échantillons de sang collectés au Libéria doivent par exemple, faute de laboratoire, être transportés en Guinée pour être analysés dans le laboratoire de l’OMS dans ce pays.  Continuer la lecture

Ebola : des signes encourageants au Nigéria et en Guinée, selon l’OMS

UNICEF_EbolaL’Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé mardi des signes encourageants concernant l’évolution de l’épidémie d’Ebola au Nigéria et en Guinée, deux des quatre pays d’Afrique de l’Ouest frappés par cette épidémie.

« Au Nigéria, seule une chaîne de transmission a été identifiée, un homme libérien-américain qui a voyagé du Libéria au Nigéria et a infecté d’autres personnes sur son chemin. Plusieurs mesures prises par les autorités du Nigéria montrent des effets prometteurs », a expliqué une porte-parole de l’OMS, Fadela Chaib, lors d’un point de presse à Genève.

En ce qui concerne la Guinée, il s’agit du premier pays affecté par la maladie et par conséquent il a développé une certaine expérience pour contenir l’épidémie, a-t-elle ajouté.

En revanche, la situation à Monrovia, la capitale du Libéria, est source d’inquiétude pour l’OMS alors que plusieurs cliniques ont été fermées, a dit Mme Chaib. Le Libéria compte 834 cas d’Ebola, dont 466 morts.

Entre le 14 et le 16 août, 113 nouveaux cas d’Ebola et 84 décès ont été signalés par la Guinée, le Libéria, le Nigéria et la Sierra Leone. Le nombre total de cas d’Ebola atteint désormais 2.240, dont 1.229 décès.

« Les gouvernements ont mis en place des zones de quarantaine dans les endroits de forte transmission, notamment dans les villes durement touchées telles que Guékédou, en Guinée, Kenema et Kailahun, en Sierra Leone, et Foya, au Libéria », a souligné la porte-parole de l’OMS. « Cela a empêché les personnes vivant dans ces zones de se rendre dans d’autres régions du pays et d’augmenter le risque de transmission d’Ebola ».

Mais cette restriction de mouvement a un impact sur la sécurité alimentaire : les prix augmentent sur les marchés, les personnes les plus pauvres ont du mal à s’approvisionner, certaines ne peuvent aller cultiver leurs champs, l’accès aux intrants agricoles est aussi perturbé ainsi que toute l’activité économique.

L’OMS travaille avec le Programme alimentaire mondial (PAM) pour faire en sorte que les gens dans les zones de quarantaine reçoivent une alimentation et une aide régulière.

Environ 1 million de personnes, vivant dans ces zones, vont recevoir une assistance alimentaire en Guinée, en Sierra Leone et au Libéria, a précisé le PAM.

« Il est important de prévenir une crise alimentaire dans ces zones et d’apporter de quoi se nourrir aux malades, aux familles directement affectées et aux centaines de milliers de gens vivant dans les zones isolées. Cela participe aux efforts des pays concernés et de la communauté internationale pour contenir l’épidémie », indique Denise Brown, directrice du bureau régional du PAM en Afrique de l’Ouest.

Le service aérien humanitaire UNHAS, géré par le PAM, a également mis en place une ligne aérienne entre Dakar, Conakry, Freetown et Monrovia, ainsi que quelques destinations à l’intérieur des pays, pour permettre aux personnels humanitaires de se déplacer dans la région.

Par ailleurs, afin de soutenir les efforts engagés mondialement pour enrayer la propagation de la maladie et assurer une réponse internationale coordonnée dans le secteur des voyages et du tourisme, les dirigeants de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), du Conseil international des aéroports (ACI), de l’Association internationale du transport aérien (IATA) et du World Travel and Tourism Council (WTTC) ont décidé de créer un groupe de travail sur les voyages et les transports pour suivre la situation et fournir des informations à jour au secteur des voyages et du tourisme ainsi qu’aux voyageurs.

Dans un communiqué conjoint, ils rappellent que « le risque de transmission de la maladie à virus Ebola au cours d’un voyage en avion est faible. »

« Contrairement à des infections comme la grippe ou la tuberculose, le virus Ebola ne se transmet pas dans l’air que l’on respire (ni dans les particules qu’il transporte). Sa transmission exige un contact direct avec du sang, des sécrétions, des organes ou d’autres liquides organiques de personnes ou d’animaux vivants ou morts, risque peu probable dans le cas du voyageur moyen. Néanmoins, il est conseillé aux voyageurs d’éviter ce type de contact et de prendre régulièrement des mesures d’hygiène rigoureuses telles que le lavage des mains », souligne le communiqué.