Archives de catégorie : Droits de l’homme

La Covid-19 pourrait pousser des millions de personnes à l’exploitation ou à l’esclavage (expert ONU)

© UNICEF/Alessio Romenzi

© UNICEF/Alessio Romenzi

La pandémie du nouveau coronavirus risque de pousser des millions d’enfants, de femmes et d’hommes vers des formes contemporaines d’esclavage et d’autres formes d’exploitation si les gouvernements n’agissent pas maintenant pour les protéger, a prévenu mercredi un Expert indépendant des droits de l’homme des Nations Unies. « Les niveaux historiques de sous-emploi ou de chômage, la perte des moyens de subsistance et les perspectives économiques incertaines sont quelques-unes des conséquences complexes de la pandémie de Covid-19 qui ont frappé le plus durement les plus vulnérables », a déclaré Tomoya Obokata, Rapporteur spécial sur les formes contemporaines d’esclavage, lors de la présentation de son rapport à la 45ème session du Conseil des droits de l’homme. Continuer la lecture

Vingt-cinq ans après la Conférence des femmes de Beijing, son importance reste intacte, selon ONU Femmes

Photo : ONU Femmes

Photo : ONU Femmes

Vingt-cinq ans exactement après la conférence mondiale historique de Beijing sur la promotion et l’égalité des femmes, « son importance reste intacte », a affirmé vendredi la cheffe de l’agence des Nations Unies pour l’autonomisation des femmes. « Nous avons vu la force et l’impact de l’activisme collectif croître et observé combien le multilatéralisme. et les partenariats sont importants pour trouver des solutions communes à des problèmes communs », a déclaré la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, dans un communiqué de presse. Les délibérations de la Conférence en 1995 ont abouti à la Déclaration et au Programme d’action de Beijing, un programme portant sur 12 domaines critiques pour réaliser les droits fondamentaux des femmes et des filles. Sa pertinence durable « ne peut être surestimée aujourd’hui », a souligné Mme Mlambo-Ngcuka. للغة العربية، اضغط هنا Continuer la lecture

A Genève, l’ONU et la Suisse plaident pour une meilleure protection des journalistes

Photo : ONU

Photo : ONU

A la veille de la 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, la cheffe des droits de l’homme de l’ONU et la Présidente suisse ont plaidé, mardi, à Genève, pour une meilleure protection des journalistes qui font l’objet d’attaques et de menaces croissantes notamment durant la pandémie de Covid-19. La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, et la Présidente de la Confédération suisse, Simonetta Sommaruga, ont participé le 1er septembre à un événement sur la liberté de la presse et la liberté d’expression organisé au Palais des Nations, à Genève, en présence de plusieurs journalistes. Les deux hautes responsables ont déploré les attaques dont sont victimes les professionnels des médias. Continuer la lecture

La Covid-19 menace de manière critique les peuples autochtones, estime Michelle Bachelet

PHOTO :Organisation panaméricaine de la santé/Karen González Abril.

PHOTO :Organisation panaméricaine de la santé/Karen González Abril.

A l’occasion de la Journée internationale qui leur est consacrée ce 9 août, la Haut-Commissaire aux droits de l‘homme a regretté que la Covid-19 menace de manière critique les peuples autochtones.  « La Covid-19 menace de manière critique les peuples autochtones, à un moment où beaucoup luttent également contre les dommages environnementaux causés par l’homme et diverses formes d’exploitation économique », a déclaré Michelle Bachelet. « Dans la quasi-totalité des 90 pays où ils vivent dans des lieux souvent géographiquement isolés, de nombreux peuples autochtones ne bénéficient pas d’accès adéquat aux soins de santé, à l’eau potable et à l’assainissement », a-t-elle ajouté. Selon la Haut-Commissaire, le mode de vie communautaire peut augmenter la probabilité d’une contagion rapide, bien que partout dans le monde l’on ait vu des exemples inspirants de communautés autochtones prenant des mesures basées sur leur solide organisation interne pour limiter la propagation du virus et réduire ses impacts. Continuer la lecture

Les Etats s’engagent à protéger les enfants des pires formes de travail

Photo : ILO/OIT

Photo : ILO/OIT

La Convention de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur le travail des enfants est désormais universellement ratifiée, s’est félicitée, mardi, l’agence onusienne. Avec le dépôt, mardi, des instruments de ratification du Royaume de Tonga, la Convention 182 sur les pires formes de travail des enfants a obtenu la ratification de tous les Etats membres (187) de l’OIT. « Cette ratification reflète un engagement mondial selon lequel les pires formes de travail des enfants, telles que l’esclavage, l’exploitation sexuelle, l’utilisation des enfants dans les conflits armés ou d’autres travaux dangereux ou illicites qui compromettent la santé, la moralité et le bien-être psychologique des enfants, n’ont pas leur place dans notre société », a déclaré le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder. Selon lui, cette ratification signifie que « tous les enfants jouissent désormais d’une protection juridique contre les pires formes de travail des enfants ». Continuer la lecture

La Covid-19 a accru les risques de traite des personnes, un fléau qui ne doit pas être oublié 

Photo : UNODC

Photo : UNODC

A l’occasion de la Journée mondiale contre la traite des personnes, les Nations Unies appellent à réaffirmer les droits et la dignité de tous les individus. Chaque jour, dans tous les pays du monde, les trafiquants d’êtres humains exploitent les gens à des fins lucratives. Les personnes pauvres et vulnérables sont les plus exposées et la Covid-19 et ses conséquences ont amplifié les dangers du trafic. Les pertes d’emplois, la pauvreté croissante, les fermetures d’écoles et l’augmentation des interactions en ligne augmentent les vulnérabilités et ouvrent des opportunités aux groupes du crime organisé. « La crise a submergé les services sociaux et publics, a eu un impact sur le travail des systèmes d’application de la loi et de justice pénale et il est devenu plus difficile pour les victimes de demander de l’aide », a expliqué Ghada Waly, Directrice exécutive de l’Office des Nations Unies contre la drogue et les crimes (ONUDC).  Continuer la lecture

Le droit de réunion pacifique ne peut faire l’objet de restrictions générales, estime le Comité des droits de l’homme de l’ONU

Photo : ONU

Photo : ONU

Le Comité des droits de l’homme des Nations Unies a publié mercredi son interprétation du droit de réunion pacifique, rappelant que ce dernier est un droit fondamental ne pouvant faire l’objet de restrictions d’ordre général. Les membres du Comité ont publié un avis juridique complet, également appelé « observation générale », concernant l’article 21 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) à propos du droit fondamental de réunion pacifique. Cet avis définit la portée de la réunion qui s’applique à la fois aux rassemblements physiques et à ceux organisés virtuellement ou en ligne. Il souligne aussi les obligations des gouvernements à cet égard. Continuer la lecture

Tribune libre du Secrétaire général de l’ONU : « lutter contre les inégalités de la pandémie : un nouveau contrat social pour une nouvelle ère »

Photo ONU/Eskinder Debebe Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres à la conférence annuelle de la Fondation Nelson Mandela.

Photo ONU/Eskinder Debebe Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres à la conférence annuelle de la Fondation Nelson Mandela.

Les inégalités, qui revêtent la forme de rapports de force au niveau mondial, du racisme, de la discrimination fondée sur le genre et des disparités de revenus, menacent notre bien-être et notre avenir. Il nous faut absolument engager une nouvelle réflexion pour y mettre un terme et renverser la tendance.  On dit souvent que la marée montante de la croissance économique soulève tous les bateaux. Mais en réalité, une lame déferlante d’inégalités les submerge tous. De fortes inégalités ont concouru à créer une fragilité mondiale qui est révélée et exploitée par le COVID-19. Le virus met à nu des inégalités de toutes sortes. Il menace tout particulièrement la santé des plus vulnérables et frappe d’un point de vue économique et social les êtres les moins à même d’y faire face. Si nous n’agissons pas sur le champ, 100 millions de personnes de plus risquent de basculer dans l’extrême pauvreté et nous pourrions être témoins de famines sans précédent. Avant même le COVID-19, de nombreuses voix s’élevaient partout contre les inégalités. De 1980 à 2016, les 1% les plus riches de la population mondiale ont capté 27 % de la croissance des revenus dans le monde. للغة العربية، واصل هنــــا Continuer la lecture

Le Secrétaire général : Message vidéo à l’occasion de la journée internationale Nelson Mandela – 18 juillet 2020

Chaque année, à l’occasion de l’anniversaire de Nelson Mandela, nous rendons hommage à un homme hors du commun, champion mondial de l’égalité, de la dignité et de la solidarité.  Madiba était une immense figure morale du XXème siècle, dont l’héritage intemporel continue, aujourd’hui encore, de nous inspirer. La Journée internationale Nelson Mandela est placée sous le thème « Agir, pour susciter le changement ». C’est donc l’occasion de souligner combien il importe de travailler ensemble – gouvernements et citoyens – pour construire un monde pacifique, durable et équitable. Nous célébrons cette Journée à l’heure où la pandémie du COVID-19 met en danger toutes les populations à travers le monde, et en particulier les plus vulnérables. للغة العربية اضغط هنا Continuer la lecture

Une experte de l’ONU dénonce le manque de transparence sur l’utilisation des drones armés

Unsplash/Ian Usher Un drone survole le mont Tamalpais aux États-Unis

Unsplash/Ian Usher Un drone survole le mont Tamalpais aux États-Unis

Devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, une experte indépendante de l’ONU a regretté, jeudi, que la simple existence de drones armés ne justifie pas leur déploiement sans discernement, dénonçant le manque de transparence sur leur utilisation. « La simple existence de drones armés ne justifie pas leur déploiement sans discernement », a déclaré Agnès Callamard, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires. « Toutefois, à ce jour, il n’existe pas de normes solides régissant le développement, la prolifération, l’exportation ou la capacité d’utilisation de la force des drones », a-t-elle ajouté devant le Conseil des droits de l’homme. Il n’y a actuellement « aucune transparence », « aucune surveillance efficace » et « pas de responsabilité », a déploré l’experte indépendante onusienne. Continuer la lecture