A l’ONU, 20 femmes dirigeantes nommées en 2020 et à suivre en 2021

Photo : Nations Unies

Photo : Nations Unies

Au cours de l’année 2020, le Secrétaire général des Nations Unies a nommé 20 femmes à des postes de haute direction. Neuf d’entre elles ont été nommées à des postes dans des missions politiques ou de paix sur le terrain. Sur ces 20 femmes, neuf sont originaires d’Afrique, sept des Amériques et des Caraïbes, trois d’Europe et une d’Asie. ONU Info vous propose de découvrir ces femmes dirigeantes à suivre en 2021.

Giovanie BIHA
Pays : Burundi
Poste : Représentante spéciale adjointe pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS)
Rang : Sous-Secrétaire générale

Mme Biha dispose d’une vaste expérience au sein de l’ONU. Elle a occupé plusieurs postes de direction au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ; à la Commission économique pour l’Afrique (CEA), comme Secrétaire exécutive adjointe ; à l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes), comme Directrice de la gestion ; et au Secrétariat de l’ONU. Dernièrement, Mme Biha était Directrice adjointe du Bureau de la coordination des activités de développement (BCAD).  Avant d’entrer aux Nations Unies, elle a occupé des postes de direction à la Banque centrale du Burundi et à la Banque du commerce et de l’investissement.

Khalida BOUZAR
Pays : Algérie
Poste : Directrice du Bureau régional pour les États arabes du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)
Rang : Sous-Secrétaire générale

Avant sa nomination, Mme Bouzar était Directrice régionale pour le Proche-Orient, l’Afrique du Nord et l’Europe du Fonds international de développement agricole (FIDA) depuis 2012, où elle a mis en place et dirigé des programmes et des opérations à grande échelle.  Elle a plus de 35 ans d’expérience en matière de leadership aux niveaux international et national, dont 25 ans au sein du système des Nations Unies.

Son parcours universitaire, son expertise technique, sa carrière et ses intérêts couvrent un large éventail de questions de développement, notamment le développement durable, le développement rural, l’environnement, les changements climatiques, les migrations, l’économie et l’industrie, en grande partie dans des contextes précaires et de conflit. Mme Bouzar a une connaissance approfondie de la région des États arabes, ainsi que des activités de l’ONU et de ses institutions spécialisées aux niveaux mondial, régional et national, qu’il s’agisse des politiques, des programmes et de la gestion et des opérations.

Elle est titulaire d’un doctorat en sciences de l’Université des sciences Pierre et Marie Curie à Paris, en France, et parle anglais, arabe et français.

Gina CASAR
Pays : Mexique
Poste : Conseillère principale du Programme alimentaire mondial (PAM)
Rang : Sous-Secrétaire générale

Mme Casar, qui a une vaste expérience, a été Administratrice associée du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Sous-Secrétaire générale et Contrôleure au Secrétariat des Nations Unies et Sous-Directrice exécutive et Directrice financière du PAM.  Elle a aussi occupé des postes de direction dans le secteur public au Mexique.

Dans ses nouvelles fonctions, Mme Casar travaille comme Conseillère principale pour la culture d’entreprise et supervise, ce faisant, les efforts du PAM pour améliorer la gestion de ses ressources humaines, en assumant le leadership des divisions concernées.

Mme Casar est titulaire d’un diplôme en comptabilité publique et d’une maîtrise en administration des affaires de l’Instituto Tecnológico Autónomo (ITAM), à Mexico, au Mexique.

Pamela COKE-HAMILTON
Pays : Jamaïque
Poste : Directrice exécutive du Centre du commerce international
Rang : Sous-Secrétaire générale

Le Centre du commerce international (CCI) est l’organisme conjoint de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour le développement du commerce et des affaires internationales.

Directrice de la Division du commerce international et des produits de base à la CNUCED jusqu’à sa nomination, Mme Coke-Hamilton a une vaste expérience et une expertise solide dans le renforcement des capacités liées au commerce et le développement durable, après avoir travaillé avec le gouvernement jamaïcain et les États membres du Forum des Caraïbes (CARIFORUM) dans le contexte des négociations commerciales et des institutions multilatérales, y compris l’Organisation des États américains (OEA) et la Banque interaméricaine de développement.  Elle a précédemment occupé le poste de Directrice exécutive de l’Agence de développement des exportations des Caraïbes, renforçant les capacités du secteur privé et des micros, petites et moyennes entreprises (MPME) grâce à la promotion des investissements.

Elle a une compréhension approfondie des problèmes auxquels sont confrontées les économies vulnérables telles que celles des petits États insulaires en développement (PEID) et des pays les moins avancés (PMA) ayant conçu des interventions sur mesure.  Elle a beaucoup travaillé avec le secteur privé dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique ainsi qu’avec le monde universitaire pour renforcer les institutions en lien avec le commerce au sein des États.  En tant que fervente partisane de l’égalité des sexes et de l’intégration dans le commerce, elle a créé la plateforme WeXport (Women Empowered through Export) pour pallier les difficultés que rencontrent les entreprises appartenant à des femmes pour accéder aux marchés.

Mme Coke-Hamilton dirige l’organisation à un moment charnière compte tenu de l’impact catastrophique de la pandémie de Covid-19 sur le système commercial mondial, en particulier sur les MPME des pays en développement, le CCI devant jouer un rôle vital en aidant à consolider les entreprises et les pays et à les rendre plus résilients.

Elle est titulaire d’un doctorat en droit obtenu auprès de l’Université Georgetown, aux Etats-Unis, et d’un diplôme universitaire en relations internationales de l’Université des Antilles. Elle parle couramment l’anglais, a un bon niveau de français ainsi que des connaissances pratiques de l’espagnol.

Lizbeth CULLITY
Pays : États-Unis
Poste : Cheffe adjointe de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA)
RANG : Sous-Secrétaire générale

Mme Cullity a plus de 25 ans d’expérience à des postes de direction onusiens en Afrique, aux Amériques et dans le Pacifique. De 2008 à 2010, elle était Représentante du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme en Haïti et Cheffe de la Section des droits de l’homme de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). De 2011 à 2013, elle y était Cheffe des affaires politiques, après avoir assumé les fonctions de Coordonnatrice résidente des Nations Unies et Représentante résidente du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Samoa, de 2013 à 2017.

Mme Cullity a occupé d’autres postes de direction en Sierra Leone et en Haïti, y compris celui de Coordonnatrice régionale Nations Unies/Mission civile internationale de l’Organisation des États américains en Haïti, de 1993 à 2000.  Elle a aussi été Cheffe du pilier « droits de l’homme, politique et élections » de la Mission politique de l’Organisation, entre 2002 et 2004.

La Cheffe adjointe de la MINUSCA est titulaire d’une maîtrise en administration internationale de la « School for International Training » de Brattleboro dans l’État du Vermont, aux Etats-Unis. Elle parle couramment l’anglais, le créole haïtien et le français.

Cristina DUARTE
Pays : Cabo Verde
Poste : Conseillère spéciale pour l’Afrique
Rang : Secrétaire générale adjointe

Mme Duarte a plus de 34 ans d’expérience dans la gestion stratégique, tant dans le secteur public que privé, conjuguée à une profonde connaissance de la coopération régionale et internationale et des problèmes auxquels sont confrontés les pays africains. Mme Duarte est membre du Comité d’experts de l’administration publique des Nations Unies, du Conseil consultatif de haut niveau pour les affaires économiques et sociales, du Comité consultatif du Président Paul Kagamé sur la réforme de l’Union africaine, du Conseil de l’Alliance pour une Révolution verte en Afrique (AGRA) et du Conseil d’administration de l’Institut des dirigeants africains pour le développement durable, de l’Institut UONGOZI.

Mme Duarte a été Ministre capverdienne des finances, du plan et de l’administration publique, de 2006 à 2016. Avant cela, elle a été Directrice du projet de la Banque mondiale sur le développement du secteur privé et la compétitivité.  Elle a aussi été Directrice de la planification et des études au Ministère capverdien de l’agriculture et du développement rural et conseillère auprès de nombreuses organisations et ONG internationales, dont le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Banque africaine de développement (BAD), la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI). À la Citibank, Mme Duarte a entamé sa carrière comme Chargée des relations extérieures au Kenya, avant de devenir Vice-Présidente, Directrice puis Cheffe des financements et des investissements en Angola.

Mme Duarte est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires de la Thunderbird School of Global Management, aux Etats-Unis, d’un diplôme d’études avancées de l’Université du Colorado, aux Etats-Unis, et d’une licence en politiques publiques, en planification et en développement du Instituto Superior de Economia du Portugal.  Elle parle couramment l’anglais, le français, l’italien et le portugais.

Barrie Lynne FREEMAN
Pays : Etats-Unis
Poste : Représentante spéciale adjointe pour la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK)

Mme Freeman a plus de 30 ans d’expérience dans le domaine de la paix et de la sécurité internationales. De 2018 à sa nomination, Mme Freeman était Cheffe adjointe et Directrice politique du Bureau d’appui à la consolidation de la paix du Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix. Elle a également une expérience de terrain précieuse ayant été Cheffe de cabinet et, avant cela, Directrice des affaires politiques de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). Avant de travailler avec les Nations Unies, Mme Freeman a occupé des postes de direction au National Democratic Institute et au Département d’État des États-Unis, où elle a occupé diverses fonctions à Washington et en Afrique.

Mme Freeman est titulaire d’une License ès arts de l’Université de Tulane, aux Etats-Unis, et a suivi des cours de deuxième cycle à l’Université Georgetown à Washington, aux Etats-Unis. Elle parle couramment l’anglais et le français.

Georgette GAGNON
Pays : Canada
Poste : Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice de l’action humanitaire pour la Libye
Rang : Sous-Secrétaire générale

Mme Gagnon a plus de 25 ans d’expérience dans la gestion et l’exécution d’initiatives stratégiques dans les domaines des droits de l’homme, de l’action humanitaire, des activités de développement et de la direction d’équipes multidisciplinaires dans les pays en conflit et post-conflit. Elle était encore récemment Directrice des opérations et de la coopération technique au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, dont elle a dirigé le travail dans les 94 bureaux dans le monde.

De 2010 à 2015, Mme Gagnon était Directrice des droits de l’homme à la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA). Elle a aussi été Directrice et Conseillère principale sur la protection des civils, les droits de l’homme et l’Etat de droit aux Nations Unies, à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), auprès de plusieurs gouvernements et d’organisations non gouvernementales.

Mme Gagnon est titulaire d’une licence en droit de l’Université York à Toronto, au Canada, et d’une maîtrise en droits de l’homme de l’Université d’Essex, au Royaume-Uni.

Diene KEITA
Pays : Guinée
Poste : Directrice exécutive adjointe du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA)
Rang : Sous-Secrétaire générale

Jusqu’à sa nomination, Diene Keita était Ministre guinéenne de la coopération et de l’intégration africaine. Elle apporte à son nouveau poste près de 30 années d’expérience dans le système des Nations Unies. En 1990, elle était administratrice de programmes au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à New York, avant d’occuper plusieurs postes de direction au niveau des pays, dont Représentante adjointe du PNUD et Représentante par intérim.

Mme Keita est entrée à l’UNFPA en 2006 comme Représentante en Mauritanie. Elle a ensuite été Représentante au Bénin, en République démocratique du Congo (RDC) et au Nigéria, ces deux derniers étant les plus grands programmes d’UNFPA au monde.

Alors qu’elle était à l’UNFPA, Mme Keita a aussi assumé les fonctions de Coordonnatrice résidente des Nations Unies en Mauritanie, au Bénin et en RDC où elle supervisait le système des Nations Unies. Tout au long de sa carrière, Mme Keita a énormément travaillé sur l’autonomisation des femmes et des jeunes, la croissance inclusive, les problèmes démographiques, le développement humain durable, la santé sexuelle et procréative et la violence fondée sur le sexe dans les contextes humanitaires.

Mme Keita parle couramment le français et l’italien. Elle est titulaire d’un doctorat en droit, d’un diplôme d’études approfondies en économies internationales et droit au développement et d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en relations internationales de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Daniela KROSLAK
Pays : Allemagne
Poste : Cheffe adjointe de la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH)

Mme Kroslak dispose d’une riche expérience acquise sur le terrain comme au siège des Nations Unies. Elle était, de 2018 jusqu’à sa nomination, Cheffe de cabinet de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH). De 2014 à 2018, Mme Kroslak était Administratrice générale de l’Équipe opérationnelle intégrée pour le Soudan au sein du Département des opérations de maintien de la paix.

Elle a également été Conseillère principale et Cheffe du Bureau de l’Envoyé spécial pour le Soudan et le Soudan du Sud au cours de la période 2012-2013, après avoir été spécialiste des questions politiques au Siège en appui à la fois à ce Bureau et à la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA). Auparavant, Mme Kroslak avait travaillé au sein de la Mission des Nations Unies au Soudan (2010-2011), à la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (2004-2006) et au Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), au Rwanda (2003-2004).

Elle a également travaillé pour l’International Crisis Group en tant que Directrice adjointe pour l’Afrique, en poste à Nairobi (Kenya) de 2007 à 2010, et pour l’Institut norvégien des affaires internationales, de 2001 à 2002.

Mme Kroslak est titulaire d’un doctorat en politique internationale et d’une maîtrise en histoire internationale et politique internationale de l’Université du Pays de Galles, située à Aberystwyth, au Royaume-Uni. Elle est également titulaire d’une licence en langue appliquée de l’Université Paul Valéry de Montpellier (France).

Deborah LYONS
Pays : Canada
Poste : Représentante spéciale à la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA)
Rang : Secrétaire générale adjointe

Diplomate de carrière, Mme Lyons a une expérience professionnelle de 21 ans dans les affaires politiques, la coopération internationale et le développement économique. Elle était jusqu’à sa nomination, Ambassadrice du Canada en Israël après avoir été, de 2013 à 2016, Ambassadrice en Afghanistan.

Mme Lyons a occupé plusieurs postes de direction au ministère canadien des Affaires étrangères, dont ceux d’Ambassadrice adjointe à Washington, de Secrétaire d’État à la politique et à la planification stratégiques et de Directrice des relations commerciales, des finances internationales ou encore de la technologie. Elle a également travaillé au Ministère canadien des ressources naturelles et dans un bureau de conseil privé.

Avant d’entrer au gouvernement canadien, Mme Lyons était propriétaire et gestionnaire d’une société d’experts-conseils en environnement. Elle est titulaire d’une licence de l’Université du Nouveau Brunswick et a terminé ses études au Collège de la défense nationale du Canada.

Antonia DE MEO
Pays : États-Unis
Poste : Directrice de l’Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice (UNICRI)

Mme Meo a plus de 20 ans dans les domaines de l’Etat de droit et des droits de l’homme, y compris la justice pénale et la prévention du crime, l’égalité des sexes et les droits des migrants et de l’enfant. Jusqu’à sa nomination, elle était Cheffe du Service des droits de l’homme, de la justice transitionnelle et de l’Etat de droit à la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) et dans ce même pays, Représentante du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

De 2014 à 2017, elle était Cheffe du personnel de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). Elle a également occupé plusieurs postes de direction au Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) au Sri Lanka et au Soudan, de 2011 à 2014, au Bureau du Coordonnateur résident au Soudan, de 2011 à 2012, et au Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) en Palestine, en Iraq et en Jordanie, de 2009 à 2011.

Mme De Meo a aussi été Conseillère pour les questions de genre et de lutte contre la traite à la Mission de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en Moldavie, de 2005 à 2007, ainsi que Greffière adjointe à la Chambre des droits de l’homme pour la Bosnie-Herzégovine, de 2000 à 2003.

Avocate de formation et ancienne Procureure, Mme De Meo a travaillé pour la première fois à l’étranger, en Moldavie, pour le compte de l’Initiative de l’Association du barreau américain pour le droit en Europe centrale et en Europe orientale.

Mme De Meo est titulaire d’une maîtrise en administration publique de la John F. Kennedy School of Government de l’Université Harvard, d’un doctorat en droit de la Lewis and Clark Law School et d’une licence de l’Université Wellesley, aux Etats-Unis.

Elizabeth Marum MREMA
Pays : Tanzanie
Poste : Secrétaire exécutive du Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CDB)
Rang : Sous-Secrétaire générale

Jusqu’à la confirmation de sa nomination, Mme Mrema occupait depuis décembre 2019 les fonctions de Secrétaire exécutive par intérim du Secrétariat de la CDB. Au préalable, elle était Directrice de la Division juridique du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), à Nairobi, au Kenya.

Ayant cumulé plus de deux décennies d’expérience à l’ONU, Mme Mrema a une vaste expérience en droit et politique de l’environnement mondial et en mise en œuvre de programmes environnementaux et de développement durable ainsi qu’une connaissance approfondie des processus multilatéraux. De 2009 à 2012, elle a occupé les fonctions de Secrétaire exécutive du PNUE/Secrétariat de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, ainsi que le poste de Secrétaire exécutive par intérim du PNUE/ASCOBANS (Accord sur la conservation des petits cétacés de la mer Baltique, du nord-est de l’Atlantique et des mers d’Irlande du Nord) et de Secrétaire exécutive par intérim du PNUE/Accord Gorilla, tous basés à Bonn, en Allemagne.

Avant de rejoindre le PNUE, Mme Mrema a travaillé au ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale de la Tanzanie. Pendant son mandat au ministère, elle a également enseigné le droit international public et la diplomatie des conférences au Centre pour les relations étrangères et la diplomatie de la Tanzanie.

Mme Mrema est titulaire d’une maîtrise en droit de Dalhousie University, Halifax, Canada, d’un diplôme de troisième cycle en relations internationales et diplomatie du Centre of Foreign Relations and Diplomacy de Dar-es-Salaam, en Tanzanie, et d’une Licence en droit de l’Université de Dar-es-Salaam, Tanzanie.

Alice Wairimu NDERITU
Pays : Kenya
Poste : Conseillère spéciale pour la prévention du génocide
Rang : Secrétaire générale adjointe

Mme Nderitu est une voix reconnue dans le domaine de la consolidation de la paix et de la prévention de la violence. Elle a été Médiatrice et Conseillère principale pour les processus de réconciliation dans les communautés de son pays mais aussi dans d’autres endroits en Afrique. Elle a aussi été membre de la Commission de l’intégration et de la cohésion nationales du Kenya, de 2009 à 2013 et membre fondatrice et co-présidente de la Plateforme Uwiano pour la paix, l’agence de prévention du Kenya qui lie alerte rapide et réponse rapide.

Mme Nderitu est aussi la fondatrice de la Communauté des Voix pour la paix et le pluralisme, un réseau de professionnelles africaines pour la prévention, la transformation et le règlement des conflits religieux, raciaux et ethniques dans le monde.

Au Kenya, Mme Nderitu a été Directrice chargée de l’éducation et de la justice sociale à Fahamu entre 2007 et 2009 ; Cheffe du Programme sur l’éducation aux droits de l’homme et le renforcement des capacités de la Commission nationale des droits de l’homme et de son prédécesseur, le Comité permanent des droits de l’homme entre 1999 et 2007); et Chercheuse et Administratrice du Service pénitentiaire au Ministère de l’intérieur, entre 1992 et 1999.

La nouvelle Conseillère spéciale a également été membre de la Commission kényane pour la prévention et l’interdiction du crime de génocide, des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et de toutes les formes de discrimination ; du Réseau des femmes africaines de l’Union africaine pour la prévention des conflits et la médiation (FemWise-Africa); et du Réseau des femmes pour la paix.

Mme Nderitu est titulaire d’une maîtrise en conflits armés et paix et d’une licence de littérature et de philosophie de l’Université de Nairobi. Elle est chercheuse en justice transitionnelle à l’« Institute for Justice and Reconciliation » de l’Afrique du Sud. Elle a publié plusieurs ouvrages et reçu des prix en hommage à son engagement en faveur du règlement des conflits en Afrique et d’une approche novatrice de la médiation.

Sanda OJIAMBO
Pays : Kenya
Poste : Directrice exécutive du Pacte mondial des Nations Unies

Forte de 20 années d’expérience, Mme Ojiambo était avant sa nomination, responsable du commerce durable et de l’impact social à Safaricom Plc, au Kenya, depuis 2010. De 2008 à 2010, elle était Directrice des Fondations Safaricom et MPESA, au Kenya, chargée de la mise en œuvre de plusieurs initiatives de partenariat public-privé entre Safaricom et des organismes des Nations Unies. Tout au long de sa carrière, elle a cultivé et géré les relations avec de grandes entités commerciales et des organisations de la société civile, y compris au cours de son travail sur le développement des capacités en Somalie avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et CARE International.

Mme Ojiambo est titulaire d’une maîtrise en politique publique de l’Université du Minnesota, aux États-Unis, et d’une licence en économie et développement international de l’Université McGill, au Canada.

Najat ROCHDI
Pays : Maroc
Poste : Coordonnatrice spéciale adjointe pour le Liban au Bureau du Coordinateur spécial des Nations Unies pour le Liban (UNSCOL)
Rang : Sous-Secrétaire générale

Mme Rochdi a plus de 20 années d’expérience dans le développement et l’aide humanitaire ainsi que dans la coordination internationale en zone de conflit et de post-conflit, notamment dans le cadre de sa dernière affectation en tant que Conseillère principale auprès de l’Envoyé spécial pour la Syrie et Directrice de « Peer to Peer » au Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), à Genève.

Auparavant, Mme Rochdi a été Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général et Coordonnatrice résidente et humanitaire de la Mission de maintien de la paix des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA). Avant cela, elle était Coordonnatrice résidente et humanitaire au Cameroun et Directrice adjointe du bureau de représentation du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Genève.

Mme Rochdi est titulaire d’un doctorat en systèmes d’information de l’Institut national de statistique et d’économie appliquée (INSEA) de Rabat et d’un master en mathématiques et applications fondamentales de l’Université de Paris Sud 11. Elle parle couramment l’arabe, l’anglais et le français.

Leni STENSETH
Pays : Norvège
Poste : Commissaire générale adjointe de l’Office des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA)
Rang : Sous-Secrétaire générale

Ambassadrice de la Norvège au Liban jusqu’à sa nomination, Mme Stenseth dispose de 20 ans d’expérience en politique internationale, en action humanitaire et en gestion des crises, dont 15 années à des postes de direction au ministère norvégien des Affaires étrangères et à la Croix-Rouge norvégienne.

Avant d’être postée au Liban, Mme Stenseth était de 2016 à 2019, Directrice des affaires humanitaires au ministère norvégien des Affaires étrangères de 2016 à 2019, tout en étant membre puis Présidente du Groupe consultatif du Fonds central pour les interventions d’urgence des Nations Unies (CERF). De 2013 à 2016, elle était Directrice des affaires des Nations Unies, chargée de la politique norvégienne aux Nations Unies dans les domaines de la paix et de la sécurité, du développement durable et des questions relatives à l’égalité des sexes, tout en gérant l’appui financier de la Norvège aux fonds et programmes des Nations Unies.

Entre 2008 et 2013, elle a occupé plusieurs postes de direction à la Croix-Rouge norvégienne, après avoir été diplomate dans les ambassades de la Norvège à Amman et à Washington. En 2000, elle était chercheuse à l’Institut norvégien des études internationales appliquées (FAFO).

Mme Stenseth est titulaire d’une licence en droit et en sciences politiques et d’une maîtrise en relations internationales de l’Université d’Oslo, en Norvège.

Hannan SULIEMAN
Pays : Soudan
Poste : Directrice exécutive adjointe chargée de la gestion du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)
Rang : Sous-Secrétaire générale

Mme Sulieman, qui a une expérience de plus 27 ans à l’UNICEF, assurait déjà l’intérim à ce poste, depuis février 2019. Son expertise dans la gestion, les opérations et les politiques publiques a permis d’aboutir à des performances optimales dans plusieurs divisions de l’UNICEF.

De 2016 à 2019, Mme Sulieman était Cheffe de cabinet de la Directrice exécutive de l’UNICEF, après avoir travaillé dans les bureaux régionaux et de pays, notamment en tant que Directrice régionale adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Elle a contribué dans ce cadre aux politiques et stratégies régionales et mondiales de l’UNICEF et fourni un appui programmatique et opérationnel aux bureaux des pays dans la région.

Elle a également été Représentante adjointe de l’UNICEF en Égypte et en Somalie, où elle a dirigé la planification et la mise en œuvre des programmes nationaux.  À ce titre, elle a supervisé le programme de l’UNICEF contre la famine en Somalie en 2011. Mme Sulieman a également travaillé au Bureau des secours, du relèvement et de la reconstruction de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA). C’est au Soudan qu’elle a commencé sa carrière dans les domaines de l’égalité des sexes et de l’éducation.

Elle est titulaire d’une maîtrise en gestion organisationnelle de l’Université de Phoenix et d’une licence en sciences biologiques de l’Université Adrian, aux Etats-Unis.  Mme Sulieman parle l’anglais et l’arabe.

Irena VOJACKOVA-SOLLORANO
Pays : Allemagne
Poste : Représentante spéciale adjointe et Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice humanitaire en Iraq
Rang : Sous-Secrétaire générale

Mme Vojáčková-Sollorano a plus de trois décennies d’expertise dans les questions liées aux migrations et aux réfugiés, et dans la coordination des activités humanitaires et de développement d l’ONU, y compris comme Coordonnatrice résidente des Nations Unies en Turquie, de 2016 à 2019, et en Serbie, de 2013 à 2016. Depuis le mois d’août 2019, elle assurait, à Istanbul, l’intérim du Directeur pour l’Europe et l’Asie centrale, du Bureau de la coordination des activités de développement.

De 2010 à 2013, Mme Vojáčková-Sollorano travaillait à Genève, comme Directrice de la gestion des migrations à l’Organisation internationale des migrations (OIM), après y avoir été, en 2009, Cheffe de cabinet adjointe.  Avant cela, elle avait été cadre de l’OIM à Bangkok, à Vienne, à Genève et à Manille.

Mme Vojáčková-Sollorano est titulaire d’un diplôme de relations économiques internationales de l’Académie diplomatique de Vienne, en Autriche, d’une maîtrise en histoire, géographie et droit international de l’Université de Vienne, en Autriche, et d’une licence en histoire, sociologie, géographie et sciences politiques de l’Université d’Heidelberg, en Allemagne. Elle parle couramment l’allemand, l’anglais et le tchèque.

Mari YAMASHITA
Pays : Japon
Poste : Représentante, Directrice du Bureau des Nations Unies à Belgrade

En tant que Représentante du Secrétaire général, Mme Yamashita supervise les activités de liaison entre le gouvernement de la Serbie et la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) et suit les développements régionaux d’importance particulière pour le travail de l’Organisation des Nations Unies et de la MINUK.

Mme Yamashita est un cadre expérimenté de l’ONU, sa carrière s’étalant sur plus de 30 ans dans les domaines de la paix et de la sécurité internationales, de la diplomatie préventive, de la consolidation de la paix et de la sensibilisation, tant au Siège que sur le terrain. Jusqu’à sa nomination, elle était Directrice adjointe de la Division Asie-Pacifique du Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix et du Département des opérations de paix. Entre autres fonctions au sein des Nations Unies, elle a été Cheffe adjointe et Directrice du Bureau d’appui à la consolidation de la paix, Directrice du Centre d’information des Nations Unies à Tokyo et Conseillère en relations extérieures au Cabinet exécutif du Secrétaire général.  En outre, Mme Yamashita a occupé des postes de direction sur le terrain, notamment au sein de la Mission des Nations Unies au Népal (MINUNEP), de l’Administration transitoire des Nations Unies pour la Slavonie orientale, la Baranja et le Srem occidental (ATNUSO) et dans le cadre de l’Opération conjointe de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et des Nations Unies en Arménie.

Mme Yamashita est titulaire d’une licence en droit de l’Université JochiDaigaku/Sophia au Japon, et d’une maîtrise en droit et diplomatie de l’école de droit et de diplomatie Fletcher de l’Université Tufts, aux États-Unis.