Priorité aux jeunes : investir dans la jeunesse pour accélérer le développement de l’Afrique – Mabingue Ngom, Directeur régional du FNUAP pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre

Photo : Banque africaine de  développement

Photo : Banque africaine de développement

Afrique Renouveau : Quelle est l’importance de célébrer la Journée internationale de la jeunesse ? Ngom : L’agenda de la jeunesse est très important, non seulement pour l’Afrique mais pour le monde entier car nous parlons d’une population qui est maintenant de presque 1,9 milliard. Dans certains endroits, comme en Afrique occidentale et centrale, les jeunes représentent plus de 60 % de la population. Cette journée est importante parce que les jeunes non seulement forment la majorité de la population mais sont aussi le plus grand atout du continent.                 Il y a quatre ans, les chefs d’État et de gouvernement africains ont décidé d’élever le dividende démographique au rang de politique de référence. En outre, si l’on considère la situation actuelle de la COVID-19, où les jeunes sont réellement à la pointe de la lutte contre la pandémie, on comprend pourquoi la célébration de la Journée internationale de la jeunesse en 2020 est une question d’engagement des jeunes et est vitale.

Quel est l’impact de la COVID-19 sur votre travail avec les jeunes ?

Nous nous attendions à ce que la COVID-19 frappe l’Afrique plus durement que n’importe où ailleurs dans le monde en raison de la faiblesse des systèmes de santé.

Ensuite, la région était déjà en crise avant la COVID-19, ayant la plus forte concentration d’États fragiles.

Mais grâce aux jeunes, à l’engagement des jeunes et au partenariat avec le FNUAP (Fonds des Nations unies pour la population) dans toute la région, nous avons pu déployer les jeunes à l’avant-garde de la prévention, de la recherche de contacts et de tout l’éventail des interventions au centre de la mobilisation communautaire.

Comment faites-vous face à la situation ?

Nous avons été extrêmement flexibles et créatifs et avons pu trouver de nouvelles méthodes de travail.  Nous avons été en mesure de fournir la même qualité de soutien aux bureaux nationaux du FNUAP et je crois que ces derniers ont su s’adapter et apporter un soutien significatif aux États membres, que ce soit en leur fournissant du matériel, ou le savoir-faire nécessaire, et tout autre type de soutien à ces communautés affectées. Cela a été une excellente occasion pour nous de découvrir de nouvelles façons de faire les choses.

Je peux dire que nous avons été plus efficaces parce que la COVID-19 nous a poussés à trouver des moyens de fonctionner en réduisant la plupart des coûts de transaction. Nous avons, par exemple, fait du partage des connaissances, qui avait été un grand défi pour nous, une priorité absolue. Assis à Dakar, nous sommes en mesure de saisir les meilleures pratiques du monde entier – et pas seulement de notre région ou de l’Afrique.

L’Afrique pourrait récolter environ 500 milliards de dollars par an pendant 30 ans (actuellement environ 800 millions de dollars par an), si elle investit dans la jeunesse.

Néanmoins, vous avez annulé des événements en personne, comme les forums de jeunes de haut niveau contre les mutilations génitales féminines (MGF) et le mariage des enfants. Comment avez-vous géré ces événements ?

Nous avons fait preuve d’une grande adaptabilité et d’une grande souplesse pour trouver de nouvelles façons de nous consulter et d’avoir des conversations. Je peux vous donner deux ou trois exemples. Nous avons organisé, il y a deux ou trois mois, une conférence de presse virtuelle avec plus de 120 participants du monde entier, pour avoir une conversation autour de la réponse à COVID-19 et des défis en Afrique de l’Ouest et du Centre. C’était incroyable, car nous n’avons jamais eu de conférence de presse avec plus de 30 à 50 personnes.

Ensuite, nous devions organiser un événement sur la paix et la sécurité démographiques en juin 2020, mais nous avons décidé d’organiser un symposium virtuel qui nous a permis d’atteindre le même résultat.

 La flexibilité a donc été la clé de notre action. Le plus grand défi a été de trouver un équilibre entre la nécessité de réaliser ce que nous avions prévu et une nouvelle façon de faire grâce à COVID-19, et aussi, comment préserver la santé, la sécurité et le bien-être de nos propres collègues.

Nous entendons souvent dire que les jeunes sont l’espoir et l’avenir du continent. Selon vous, les pays africains accordent-ils la même importance à la jeunesse ?

Après cinq ans de travail sur le terrain pour faire avancer ce programme, je peux dire que beaucoup a été fait en termes de mobilisation politique, d’actions concrètes pour changer les choses sur le terrain et d’implication des partenaires.

Dans le même temps, nous avons également subi une pression sans précédent, sur nous tous, en ce qui concerne l’agenda de la jeunesse.

Je peux dire que les jeunes ont obtenu de très bons résultats. Ils ont été à l’avant-garde du changement – de la transformation – du continent. Ils s’engagent ; l’engagement n’est pas du tout un problème.

Les jeunes sont à l’honneur. Ce qui manque, c’est un soutien significatif aux jeunes. Significatif parce qu’il faudra plus d’efforts et un investissement à beaucoup plus long terme pour transformer la vie des jeunes sur le continent, tout simplement parce que pendant plusieurs décennies, nous n’avons pas su nous attaquer à la cause profonde du problème. Nous nous sommes attaqués aux symptômes, les plus visibles, de problèmes plus importants auxquels nous ne pensons même pas.

Malheureusement, les pays d’Afrique, en particulier dans la région du Sahel, n’ont pas la marge de manœuvre budgétaire nécessaire pour s’attaquer aux symptômes – la fragilité et la cause profonde de la fragilité. Si nous n’avons pas le niveau d’engagement optimal pour faire face à l’urgence et pour répondre aux besoins humanitaires, aux questions de sécurité et à la tendance que nous connaissons au Sahel depuis quelques décennies, nous ne pourrons pas voir le bout du tunnel.

Nous avons donc besoin d’une solidarité mondiale, nous avons besoin d’un système multilatéral beaucoup plus solide qui nous permettra non seulement de faire face à l’urgence et de traiter les questions de sécurité, mais aussi de faire plus sur le plan du développement. Si nous ne le faisons pas, nous continuerons à faire face à un plus grand nombre de crises et nous n’obtiendrons aucun succès significatif.

Vous avez mentionné le « dividende démographique », comment expliquez-vous ce concept et comment les pays africains peuvent-ils l’adopter ?

Je pense que c’est très simple. Je fais souvent référence aux dragons ou aux tigres asiatiques. Ces pays ont pu accélérer leur croissance d’un à deux tiers en investissant dans les dividendes démographiques. Il s’agit de gains de développement que vous pouvez obtenir en investissant dans l’éducation, la santé et les emplois productifs. L’Afrique pourrait récolter environ 500 milliards de dollars par an pendant 30 ans (actuellement environ 800 millions de dollars par an), si elle investit dans la jeunesse.

Pour être honnête, nous avons obtenu d’excellents résultats en termes de sensibilisation et de mise en œuvre du concept de dividendes démographiques. Nous avons des feuilles de route pour le développement et nous avons élaboré des profils de pays. Nous avons lancé des projets pour montrer que c’est possible, que c’est faisable, et nous avons développé des outils et des systèmes et fourni des conseils aux pays.

Mais je dois dire que les progrès sont lents. On a l’impression qu’à plusieurs endroits, les gens ont commencé à baisser la barre. Les dividendes démographiques ne devraient pas passer par ce processus, car le coût de la non-poursuite de cette voie sera extrêmement préjudiciable à l’Afrique et au monde. Il serait peut-être bon de se réunir à nouveau et de se remobiliser pour s’assurer que les gains que nous avons obtenus au cours des cinq dernières années ne soient pas perdus.

En cette Journée internationale de la jeunesse, je voudrais appeler à une forte remobilisation des institutions, des jeunes, des États membres, etc. pour se recentrer sur l’accélération des investissements dans la jeunesse par le biais du programme de dividende démographique.

Enfin, quel est votre message à tous les jeunes dont l’éducation et les moyens de subsistance ont été affectés par la COVID-19 ?

Malgré tous les défis auxquels nous sommes confrontés en Afrique, il y a de l’espoir, car les jeunes s’engagent. Les jeunes regardent l’avenir avec beaucoup d’enthousiasme.

Mon message s’adresse donc à ceux qui ont les ressources, ceux qui ont le pouvoir de décision, ceux qui peuvent faire bouger les choses, non seulement en Afrique mais aussi au niveau international, non seulement parmi les partenaires traditionnels, mais même parmi les partenaires non traditionnels, pour dire qu’il est temps de mettre les jeunes au premier plan. Il est temps d’investir dans les jeunes, et cela nécessitera un investissement important.