Construire des communautés meilleures, bloc après bloc, avec Minecraft

Photo : ONU

Photo : ONU

Dans les villes et communautés du monde entier, les citoyens de tous âges et de tous horizons ont la chance de jouer littéralement un rôle important dans la refonte de leurs espaces publics, grâce à une collaboration innovante entre l’ONU et l’entreprise derrière le célèbre jeu vidéo Minecraft. « Nous avons besoin d’ombre pour nous protéger du soleil et des vents forts et de lieux pour profiter des arts et de la culture ». Cette doléance, Nsyamuhaki Joseph l’a formulé à la fin de l’année 2017 lors d’un atelier organisé pour les résidents de Kalobeyei, un site du nord du Kenya qui accueille de nombreux réfugiés en provenance du Soudan et d’autres pays de la région. L’atelier auquel a participé M. Joseph faisait partie d’un projet de l’ONU visant à rapprocher les réfugiés et les habitants du site en les impliquant ensemble dans un processus de création d’espaces publics – une aire de jeux et un parc – dont bénéficieraient les deux communautés, en utilisant … Minecraft.

L’un des jeux vidéo les plus populaires au monde, Minecraft a été décrit comme le « lego numérique ». Il permet aux joueurs de collaborer sur des modèles, basés sur des sites réels à l’aide de cubes texturés. Le jeu a été conçu pour être facile d’utilisation, afin que les personnes ayant peu de connaissances en informatique puissent rapidement en saisir les bases et commencer à construire.

Deux ateliers de quatre jours ont été organisés à Kalobeyei. Des ateliers au cours desquels les réfugiés et les communautés hôtes ont développé ensemble des compétences en matière de conception urbaine en utilisant le jeu vidéo et en se rendant physiquement sur les lieux qu’ils prévoyaient d’améliorer. Ils ont ensuite partagé leurs idées à tour de rôle et élaboré un plan comprenant des structures d’ombrage, des lampes solaires, des arbres et la première station de boda boda (moto-taxi) du site.

En deux ans, la communauté a vu une nette amélioration de son environnement. Des lampes solaires ont été installées dans les espaces publics et plus de 500 arbres ont été plantés, fournissant ainsi les zones d’ombrage demandée par M. Joseph et d’autres habitant et améliorant ainsi le microclimat de la région.

Concevoir l’habitat avec les citoyens

Cette initiative de Minecraft s’appelle Block by Block (Bloc après bloc) qui est également le nom de la fondation dirigée par des représentants du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), l’entreprise Mojang (les créateurs de Minecraft) et la multinationale Microsoft (qui possède désormais Mojang).

Block by Block a commencé en 2012 avec l’idée d’impliquer davantage les membres des communautés dans la planification des espaces publics, en utilisant Minecraft pour développer des plans que les architectes et les autorités municipales pourraient ensuite concrétiser. L’initiative fait partie d’un petit nombre d’organisations à but non lucratif dont le travail soutient directement l’Objectif de développement durable 11 : faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables

Depuis lors, Block by Block, qui est financé par la vente de produits sous licence Minecraft, a entrepris une série de projets communautaires dans des dizaines de pays, du Mexique à Haïti passant par les capitales de la Somalie (Mogadiscio) et du Viet Nam (Hanoi).

Des rues plus sûres au Vietnam

Dans le quartier de Kim Chung à Hanoi, la capitale du Vietnam, les jeunes filles parcourent souvent plusieurs kilomètres par jour, en marchant à travers des zones dangereuses et mal éclairées. En 2017, Block by Block a décidé d’inclure ces filles dans un projet conçu pour rendre leurs déplacements quotidiens plus agréables et améliorer leur sécurité.

Les participantes ont commencé par participer à des « marches de sécurité » pour évaluer les dangers. Au cours de ces marches, elles ont pu constater des problèmes communs a beaucoup d’autre villes du monde tels qu’un éclairage inadéquat, des coins sombres et un tunnel sous une autoroute à cinq voies.

« Je déteste le tunnel et je n’aime jamais le traverser seul, mais je dois le faire au moins deux fois par jour quand je vais à l’école », se plaint Nguyen Ngoc Anh, 15 ans, qui a participé à l’atelier Block by Block. « Nous avons beaucoup d’idées sur la façon de le rendre plus agréable afin que les gens apprennent à mieux le traiter, et pour qu’ensuite il puisse devenir un endroit plus sûr pour tout le monde », ajoute l’écolière vietnamienne.

Les filles ont ensuite travaillé en équipe, en utilisant Minecraft pour repenser leur quartier en un endroit plus sûr et plus fonctionnel, avec des lampadaires incassables, des allées éclairées et une signalisation améliorée. Elles ont également proposé des idées telles que des cafés réservés aux femmes, des abris et des clôtures de sécurité.

A la conclusion de l’atelier organisé à Hanoi, les participantes ont présenté leurs propositions aux ONG et aux responsables politiques vietnamiens qui sont repartis avec une proposition concrète pour améliorer le quartier de Kim Chung. Bon nombre de leurs recommandations sont maintenant devenues réalité : trois passages souterrains ont depuis été nettoyés et disposent aujourd’hui de réverbères les éclairant une fois la nuit tombée.

Combler le fossé entre les citoyens et les dirigeants des villes

Alors que de plus en plus de personnes se déplacent vers les zones urbaines, il devient de plus en plus important de veiller à ce que les communautés aient la possibilité de participer à la manière dont les espaces publics sont planifiés.

Block by Block n’est qu’un exemple des façons dont la technologie numérique peut être utilisée à la base, au niveau des communautés, et aider ainsi à combler le fossé entre les citoyens et les décideurs politiques, et à s’assurer que les urbanistes incluent les besoins et les désirs des gens dans leur processus décisionnel.

« ONU-Habitat soutient l’engagement des communautés dans la revitalisation de leurs espaces, donnant aux réfugiés et aux communautés d’accueil de nouvelles compétences », explique Pontus Westerberg, chef de projet d’ONU-Habitat pour l’initiative Block by Block. « Minecraft contribue à rendre ce processus participatif et donne aux résidents la possibilité de visualiser le potentiel de l’espace public dans leurs quartiers »,

À mesure que la technologie numérique progresse, il est à espérer qu’il deviendra plus facile et plus courant pour les membres des communautés de jouer un rôle actif dans le développement des espaces publics et de rendre l’urbanisme et sa conception plus accessibles à toutes les couches de la société, quel que soit leur âge, sexe ou origine ethnique.

L’ONU et les environnements urbains

Pour les Nations Unies, « les villes sont des centres d’échanges pour les idées, le commerce, la culture, la science, la productivité, le développement social et bien plus encore ».

La construction de villes et de communautés durables est l’un des 17 Objectifs de développement durable (ODD11) qui composent le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies.

ONU-Habitat est l’agence des Nations Unies qui aide au développement des villes, des villages et des communautés dans le respect des sociétés humaines et de l’environnement.

L’agence onusienne organise le 10e Forum urbain mondial à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, du 8 au 13 février 2020.