Message à l’occasion de la cérémonie en l’honneur de Hédi Annabi, ancien Représentant Spécial du  Secrétaire général et Chef de la mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti – Tunis, le 13 janvier 2020

Photo ONU : Antonio Guterres, Secrétaire général de l'ONU

Photo ONU : Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU

Je tiens à exprimer toute ma gratitude à l’Association Tunisienne pour les Nations Unies et aux nombreux amis réunis aujourd’hui en souvenir de Hédi Annabi, qui, voilà dix ans, a perdu la vie aux côtés d’une centaine de ses collègues et de milliers de Haïtiennes et Haïtiens dans le séisme qui a frappé le pays. Hédi était l’un des piliers du maintien de la paix des Nations Unies. Alliant au talent diplomatique et à l’érudition une conscience professionnelle sans faille, il a exercé ses fonctions dans le monde entier, pendant des décennies, sur le terrain comme au Siège.  Il a connu, à la fin de la Guerre froide, la grande expansion des missions de maintien de la paix des Nations Unies et, en œuvrant à leur dynamisme, a contribué à en faire le fleuron et l’emblème de l’action de l’ONU.  Il a vécu, entre autres succès de l’ONU, les opérations au Cambodge, au Mozambique et à El Salvador.  Lorsque l’Organisation a connu les revers inhérents aux tâches difficiles, il a su contribuer à lui montrer la voie.

Modeste et sans prétention, doté d’un humour pince-sans-rire, Hédi était un fonctionnaire diligent et dévoué.  Décédé en service alors qu’il dirigeait la mission de l’ONU en Haïti, sa perte a laissé un vide dans le monde entier,
y compris dans sa Tunisie natale, où il avait fait ses premiers pas de diplomate et où l’on était, à juste titre, fier de le voir œuvrer à un monde meilleur.

En baptisant une salle de conférence à son nom dans cette nouvelle « Maison bleue », nous lui rendons hommage.  Merci encore d’être venus honorer la mémoire d’un collègue et ami qui a consacré sa vie au service de l’ONU et de la cause de la paix.