Seule une action concrète permettra d’améliorer les perspectives de paix israélo-palestiniennes (ONU)

Photo : ONU Info

Photo : ONU Info

Les obstacles à tout accord durable entre Israël et la Palestine continuent de se multiplier, a déclaré mercredi le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nikolay Mladenov, aux membres du Conseil de sécurité et seule une « action concrète » vers une solution à deux États permettra de changer cette dynamique. Devant les Quinze, Nikolay Mladenov a déploré la continuation des violences contre les civils des deux côtés, de l’incitation à la violence, de la détérioration des relations, de la construction de colonies et du recul général des progrès politiques. « En Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, 16 Palestiniens ont été blessés, notamment lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes.  À Gaza, les forces de défense israéliennes ont blessé 38 Palestiniens, tandis que trois roquettes ont été lancées depuis Gaza vers Israël, sans faire de victimes », a déclaré le Coordonnateur spécial.

Cette violence exacerbe le manque de confiance entre Israéliens et Palestiniens et est incompatible avec la résolution pacifique du conflit, a-t-il remarqué.

Évoquant le rapport sur la mise en œuvre de la résolution 2334 adoptée en 2016, couvrant la période allant du 12 septembre au 6 décembre 2019, le Coordonnateur spécial a indiqué qu’il fait état d’une augmentation du nombre d’attaques de colons à l’encontre de Palestiniens, notamment à Hébron et pendant la saison des récoltes.

Le document fait également état d’un nombre significatif de Palestiniens tués ou blessés par les forces israéliennes le long de la barrière de séparation à Gaza. Le Hamas doit cesser les tirs de roquette et veiller à ce que les manifestations restent pacifiques, a insisté le Coordonnateur.

Poursuite des activités de colonisation

Nikolay Mladenov a par ailleurs regretté « qu’aucune mesure n’a été prise au cours de la période considérée pour « mettre fin à tout règlement activité de colonisation dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ».

« Les démolitions et saisies de biens et structures palestiniennes se sont poursuivies partout en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est.  Et depuis le 6 décembre, huit structures appartenant à des Palestiniens ont été démolies ou saisies, entraînant le déplacement de 20 personnes », a-t-il déclaré.

En outre, a-t-il poursuivi, depuis 2016, date d’adoption de la résolution 2334, 22.000 unités de peuplement ont été construites ou approuvées en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est.

Ces chiffres, tout comme la pratique de destruction et de saisie des biens palestiniens, y compris de structures humanitaires financées par la communauté internationale, devraient inquiéter tous ceux qui continuent de soutenir la création d’un État palestinien viable à côté d’Israël, a dit M. Mladenov.

S’agissant de la situation humanitaire, M. Mladenov a déclaré qu’elle restait « fragile ».

Tous les investissements faits pourraient être réduits à néant s’il n’y a pas de financement supplémentaire, a-t-il prévenu, ajoutant que les enjeux sont trop importants et que les parties prenantes devaient agir pour faire en sorte que la situation n’empire pas à Gaza.

Enfin, la situation financière de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) continue d’empirer, a dit le Coordonnateur spécial en prônant un décaissement rapide des fonds promis par les donateurs pour permettre de mener à bien les opérations.  À ce jour, le Plan de réponse humanitaire lancé le 11 décembre dernier a besoin de 348 millions de dollars, pour fournir les services et l’alimentation de base à 1,5 million de personnes dans la bande de Gaza, la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, a conclu M. Mladenov.