Afrique du Nord : le renforcement du commerce intra-africain, nécessaire pour accélérer la création d’emplois

Photo : CEA

Photo : CEA

Le Bureau de la CEA en Afrique du Nord a lancé aujourd’hui, en partenariat avec le ministère égyptien de la Planification, du Suivi et de la Réforme Administrative, la 34ème édition du Comité Intergouvernemental de Hauts Fonctionnaires et Experts (CIHFE) pour l’Afrique du Nord.
Organisé sous le thème : « La Zone de libre-échange continentale africaine et l’emploi : Impact d’une amélioration de la facilitation du commerce et de l’intégration régionale pour l’Afrique du Nord », cette rencontre se tient avec la participation des représentants de l’Algérie, de l’Égypte, du Maroc, de la Mauritanie, du Soudan et de la Tunisie ainsi que des universitaires et des représentants du secteur privé et de la société civile. Bien que l’Afrique du Nord rassemble la plupart des caractéristiques structurelles d’un marché dynamique et intégré (proximité, infrastructures, affinités linguistiques et culturelles, etc.), le manque d’intégration limite aujourd’hui la capacité de ses économies à se développer et à élargir sa marge d’action en matière de création d’emplois. La question de la facilitation des échanges et son impact sur l’emploi constitue par conséquent une problématique cruciale.   

Alors que l’Afrique du Nord est confrontée à un taux de chômage élevé, peut-on examiner comment ses pays peuvent renforcer les échanges commerciaux entre eux ? A l’heure où 64% des importations leur proviennent de l’Union Européenne, le constat qui s’impose est que les pays nord-africains sont entrain d’exporter des emplois, a déclaré Vera Songwe, Secrétaire Exécutive de la CEA, dans une allocution vidéo aux participants, et de souligner que plus les pays africains commerceront entre eux, plus les jeunes nord-africains seraient en mesure de trouver du travail.

« L’Afrique est dotée de ressources naturelles et énergétiques abondantes, de lieux géographiques exceptionnels, ainsi que de nombreux ports facilitant l’accès à et à l’intérieur de nos pays africains. Notre région est également riche en en ressources humaines avec une population massive de 1,3 milliard d’habitants, ce qui représente un marché important pour les produits africains et une main-d’œuvre abondante qui, bien utilisée, peut renforcer la compétitivité régionale, a déclaré le vice-ministre égyptien chargé de la Planification Ahmad Kamaly dans un discours lu au nom de Mme Hala Elsaid, Ministre égyptienne chargée de la Planification, du Suivi et de la Réforme Administrative.

« En tant que pays africains, nous devons par conséquent travailler ensemble – gouvernements, secteurs privés et société civile – en vue d’optimiser l’utilisation des ressources dont nous disposons et bénéficier de la ZLECA. À cette fin, il est nécessaire d’investir davantage dans des projets d’infrastructure capables de soutenir le commerce et les investissements intra-africains, de manière à générer des emplois décents et productifs pour nos pays et parvenir à un développement inclusif et durable », a-t-il ajouté.

« Cette session du CIHFE et la réunion du groupe d’experts constituent en effet une opportunité de poser les jalons d’un démarrage réussi de la ZLECA [en Afrique du Nord]. C’est une occasion de collaborer plus étroitement et de réfléchir ensemble aux mesures idoines et aux recommandations opérationnelles de nature à faciliter la promotion du commerce et l’investissement intra-africain dans la région de l’Afrique du nord et de fournir des éléments pouvant alimenter la feuille de route de la concrétisation de la ZLECA », a ajouté pour sa part Kalthoum Hamzaoui, présidente sortante du bureau du CIHFE.

Prévu du 25 au 28 novembre, le CIHFE permettra aux représentants des pays membres de faire le point sur les réalisations du Bureau de la CEA en Afrique du Nord, son programme de travail ainsi que ses orientations stratégiques pour l’année à venir.

Les participants auront également l’occasion d’analyser la mise en œuvre de l’intégration régionale en Afrique du Nord et d’identifier comment une intégration régionale renforcée de la région peut contribuer à redynamiser le paysage économique et générer davantage d’emplois grâce à une croissance plus durable et équilibrée. Enfin, les participants examineront le contexte socio-économique actuel en Afrique du Nord et présenteront des recommandations sur les stratégies susceptibles d’accélérer la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable et de l’Agenda 2063 dans la région.

Parallèlement au Comité Intergouvernemental de du Comité Intergouvernemental de Hauts Fonctionnaires et Experts, le Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord organisera une réunion d’experts sous le thème « Facilitation du commerce en Afrique du Nord pour une intégration économique régionale renforcée : Défis, opportunités et voie à suivre ».

Note to editors

The Economic Commission for Africa (ECA), a branch of the ECOSOC, has supported and promoted the economic and social development of African States, regional integration and international cooperation for African development since 1958.

Based in Rabat (Morocco), its Office for North Africa implements ECA programmes in North Africa (Algeria, Egypt, Libya, Mauritania, Morocco, Sudan and Tunisia), with a focus on how economic and social transformation can be achieved through better governance and regional integration. ECA’s Office for North Africa has two main areas of expertise: “Employment and Skills for Sustainable Development” and “Sub-regional Initiatives”.

For more information about this event and interview requests, please send an email to filali-ansary@un.org. Pictures of events on 25-28 November will be put at the media’s disposal on the ECA Flickr account (https://www.flickr.com/photos/uneca/) and the ECA Office for North Africa Facebook account (https://www.facebook.com/cea.an.coms).