Journée de l’alimentation (16 octobre): l’ONU appelle à créer un monde délivré de la faim

En cette Journée mondiale de l’alimentation, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a lancé un appel en faveur de l’élimination de la faim et « en faveur d’un monde dans lequel toutes et tous, où qu’ils se trouvent, ont accès à des aliments nutritifs et d’un coût abordable ». A l’heure actuelle, plus de 820 millions de personnes ne mangent pas à leur faim et l’urgence climatique menace de plus en plus la sécurité alimentaire. En outre, deux milliards d’hommes, de femmes et d’enfants sont en surpoids ou obèses et les régimes alimentaires déséquilibrés font courir d’énormes risques de maladie et de décès.
« Il est inacceptable que la faim augmente alors que le monde gaspille plus d’un milliard de tonnes de nourriture chaque année », déclare le Secrétaire général dans un message vidéo. « Il est temps de changer nos modes de production et de consommation, y compris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ». للغة العربية، اضغط هنا

Selon l’ONU, la transformation des systèmes alimentaires est essentielle à la réalisation de tous les objectifs de développement durable.

Le chef de l’ONU a indiqué qu’il prévoyait de convoquer un Sommet sur les systèmes alimentaires en 2021, dans le cadre de la Décennie d’action pour la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

« En tant que grande famille humaine, nous devons absolument créer un monde délivré de la faim », conclut M. Guterres dans son message.

La Journée mondiale de l’alimentation a pour thème cette année : « Nos actions sont notre avenir. Une alimentation saine pour un monde #FaimZero ».

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et ses partenaires estiment qu’il existe des solutions abordables pour réduire toutes les formes de malnutrition, mais elles nécessitent un engagement et une action plus importants au niveau mondial.

Faim et malnutrition, obstacles majeurs à la réalisation des ODD

Lors d’une célébration à Rome, où se trouve le siège de la FAO, le Directeur général de cette agence onusienne, Qu Dongyu, a averti que « la faim et la malnutrition constitueront des obstacles majeurs à la réalisation des ODD d’ici 2030 si nous n’agissons pas maintenant ! »

Il a rappelé l’importance de la collaboration et du rôle que tout le monde doit jouer – gouvernements, entreprises agro-alimentaires, secteur public, instituts de recherche et consommateurs – pour progresser vers l’instauration de régimes alimentaires sains pour tous et pour enrayer, et si possible inverser, la tendance actuelle d’augmentation de la faim, du surpoids et de l’obésité.

« Nous avons besoin d’une volonté et d’un engagement politiques forts. Nous devons investir dans la nutrition et pour la nutrition. Nous devons marcher main dans la main et construire des systèmes alimentaires sains et durables », a ajouté Qu Dongyu.

 Le Président du Fonds international de développement agricole (FIDA), Gilbert F. Houngbo, a estimé pour sa part qu’il était possible de mettre fin à la faim mais que le succès dépendra de la transformation des systèmes alimentaires mondiaux afin qu’ils incluent les femmes, les jeunes et les peuples autochtones. « Avec les bonnes politiques et les bons investissements dans le développement agricole et rural, nous pouvons créer un monde alimentaire sûr où la faim et la pauvreté sont considérablement réduites », a-t-il dit.

De son côté, le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley, s’est joint à l’appel pour mettre fin au gaspillage alimentaire. Il a exhorté les individus du monde entier à se joindre à la campagne du PAM pour mettre fin au gaspillage, #StopTheWaste.

« La quantité de nourriture gaspillée dans le monde suffit à nourrir 2 milliards de personnes. Dans un monde où toutes les cinq secondes un enfant meurt de causes évitables comme la faim et la malnutrition, cela est totalement inacceptable », a-t-il dit. « Nous avons entre nos mains une solution à la faim, simplement en étant de meilleurs gardiens de la nourriture que nous avons déjà. Tous unis et travaillant ensemble, nous pouvons atteindre l’objectif #FaimZéro ».

عشية الاحتفال بيوم الأغذية العالمي، الأمم المتحدة تذكر بتأثير الجوع على حياة ملايين الأشخاص حول العالم

أعاد برنامج الأغذية العالمي التذكير بأن أكثر من 800 مليون شخص، أي واحد من بين كل تسعة أشخاص على مستوى العالم، يواجهون الجوع المزمن، وغير قادرين على تلبية احتياجاتهم الغذائية الأساسية ليس فقط اليوم ولكن يوما بعد يوم في حياتهم.

جاء ذلك في تصريحات صحفية للمتحدث باسم البرنامج هيرفيه فيروسيل في جنيف، عشية الاحتفال بيوم الأغذية العالمي، والذي يتم إحياؤه في 16 تشرين الأول/أكتوبر من كل عام.

و قال فيروسيل إن النزاع وأزمة المناخ والتهميش الاقتصادي تمثل أسبابا رئيسية للجوع، مشيرا إلى أن من بين أكثر من 800 مليون شخص يواجهون الجوع، يوجد 60% منهم في البلدان المتضررة من النزاع.

وأوضح أن من بين أسوأ الأزمات الغذائية هي اليمن وجمهورية الكونغو الديمقراطية وأفغانستان وإثيوبيا وسوريا والسودان وجنوب السودان وشمال نيجيريا، لافتا إلى أن هذه البلدان الثمانية، وجميعها تقريبا متأثرة بالصراع، تشكل ثلثي العدد الإجمالي للأشخاص الذين يعانون من انعدام الأمن الغذائي الحاد.

وأشار فيروسيل إلى أن برنامج الأغذية العالمي يعمل على توصيل المساعدات الغذائية إلى أكثر من 80 مليون شخص في العالم، مشيرا إلى العمل بلا كلل لإبقاء الناس على قيد الحياة في البلدان التي مزقتها الحرب، ومن بينها اليمن وسوريا وجنوب السودان.

وما لم يسع قادة العالم بلا هوادة إلى إنهاء كافة النزاعات والتزامهم بالإرادة السياسية والتمويل الكافي للجهود الإنسانية، يحذر فيروسيل من سرعة تدمير ما يتم بناؤه، وأضاف أن الاحتفال بيوم الأغذية العالمي سيكون له معنى مختلفا بالنسبة لملايين الأشخاص في البلدان التي مزقتها الحروب.

ويأتي القضاء على الجوع ثانيا على ترتيب جدول أهداف التنمية المستدامة، ولكنّ تحقيقه يُعدّ من التحديات الجسام.

 وتقول الأمم المتحدة إن الجوع في العالم “لا يتسبب فقط في معاناة الناس وسوء حالتهم الصحية، بل إنه يبطئ أيضا من وتيرة التقدم في العديد من مجالات التنمية الأخرى مثل التعليم والعمل”.