Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou convictions, 22 août

Message du Secrétaire général, António Guterres

Photo: ONU/Evan Schneider / Nouvelle-Zélande, 21 mars 2019

Ces derniers mois, nous avons vu se multiplier les attaques ciblant des personnes ou des groupes simplement en raison de leur religion ou de leurs convictions. Nous avons vu des juifs se faire assassiner dans des synagogues et leurs sépultures se faire profaner, maculées de croix gammées ; des musulmans se faire tirer dessus dans des mosquées et leurs lieux de culte se faire saccager ; des chrétiens se faire tuer pendant la prière et leurs églises se faire incendier.

Nombre d’attaques, comme celles perpétrées en Nouvelle-Zélande, à Sri Lanka et aux États Unis, visaient spécifiquement des lieux de culte. Dans de nombreux conflits à travers le monde, de la Syrie à la République centrafricaine, des populations entières ont été attaquées en raison de leur confession.

Toutes les grandes religions de ce monde prônent la tolérance et la coexistence pacifique dans un esprit de fraternité. Nous devons nous opposer à ceux qui invoquent la religion de façon trompeuse et malveillante pour faire naître des idées fausses, exacerber les divisions et propager la peur et la haine. La diversité est une source de richesse et de force, ce n’est jamais une menace.

Nous célébrons aujourd’hui la première Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions. En ce jour, nous réaffirmons notre soutien indéfectible aux victimes des violences fondées sur la religion et les convictions, et manifestons ce soutien en faisant tout ce qui est en notre pouvoir pour prévenir de telles attaques et en exigeant que les responsables soient amenés à répondre de leurs actes.

L’Organisation des Nations Unies intensifie son action au moyen de deux nouvelles initiatives : une Stratégie et un Plan d’action des Nations Unies pour la lutte contre les discours de haine, les premiers du genre, et un Plan d’action pour la protection des sites religieux. La meilleure manière de faire face à la menace de la violence fondée sur la religion et les convictions est d’unir nos voix pour le bien de tous, en opposant aux messages de haine des messages de paix, en célébrant la diversité et en protégeant les droits de la personne. Nous devons redoubler d’efforts pour éradiquer l’antisémitisme, l’islamophobie, la persécution des chrétiens et d’autres groupes religieux, ainsi que de toutes les formes de racisme, de xénophobie, de discrimination et d’incitation à la violence. Nous avons tous, en tant que membres de la famille humaine, le devoir de favoriser la compréhension mutuelle et la responsabilité de veiller les uns sur les autres, de respecter nos différences et de promouvoir la coexistence pacifique.