Moyen-Orient et Afrique du Nord : le développement durable risque d’être un rêve inaccessible

Si les gouvernements ne donnent pas la priorité à la paix et à la stabilité et n’investissent pas avec audace dans ce qui compte le plus pour les enfants et le potentiel inexploité de la jeunesse, la région MENA ne parviendra pas à atteindre les Objectifs du développement durable (ODD), met en garde l’UNICEF.

Dans un communiqué publié jeudi, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) appelle à une augmentation urgente des dépenses pour la protection de la petite enfance, l’éducation de qualité, l’égalité des sexes et l’emploi des jeunes pour atteindre les ODD.

En l’absence d’une amélioration de l’éducation et de possibilités d’emploi intéressantes, la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) est confrontée à un risque d’augmentation sans précédent de 5 millions d’enfants non scolarisés et de plus de 10% du chômage des jeunes d’ici 2030, souligne le rapport de l’UNICEF intitulé MENA Génération 2030 .

« J’ai commencé ma dernière année de lycée avec beaucoup d’enthousiasme et des rêves encore plus grands. Cependant, tout ce que j’ai vécu, c’est l’échec », témoigne Batool, une Jordanienne de 20 ans.

« Je me suis isolée et j’ai arrêté d’étudier jusqu’à ce que je commence à faire du bénévolat. Ça a changé ma vie. Je suis devenue une nouvelle personne, optimiste et toujours à la recherche de nouvelles opportunités », ajoute-t-elle.

Batool est l’une des millions d’enfants et de jeunes de la région qui luttent pour apprendre et prospérer. MENA Génération 2030 est le premier rapport à établir un lien direct entre l’investissement dans les enfants, la croissance économique et le développement social. Il résulte des consultations avec la Banque mondiale, l’Organisation internationale du travail (OIT), le Fonds monétaire international (FMI) et la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (CESAO).

La moitié de la population

D’après le rapport, les enfants et les jeunes représentent actuellement près de la moitié de la population de la région. La région a les taux de chômage des jeunes les plus élevés du monde, avec une moyenne régionale allant jusqu’à 40% chez les jeunes femmes.

Le document indique aussi que plus de la moitié des réfugiés dans le monde vivent dans la région MENA, et plus d’un tiers des jeunes vivent dans des pays fragiles et touchés par des conflits. Les jeunes ressentent une détérioration de leur qualité de vie au cours de la dernière décennie et seulement la moitié d’entre eux ont confiance en leur propre gouvernement.

De plus, le rapport souligne que près de 15 millions d’enfants ne sont pas scolarisés en raison de la pauvreté, de la discrimination, d’un apprentissage de mauvaise qualité, de la violence à l’école et des conflits armés. Selon le document, la moitié des enfants qui vont à l’école possèdent les compétences des mesures de référence pour la lecture, les mathématiques et les sciences.

« Nous risquons fort de ne pas atteindre les Objectifs de développement durable dans la région MENA, ce qui aurait des conséquences dévastatrices pour les enfants et les jeunes », a déclaré Geert Cappelaere, Directeur régional de l’UNICEF pour le Moyen Orient et l’Afrique du Nord. « La seule solution consiste à mettre en œuvre et à budgétiser des politiques en faveur des enfants, à mettre fin à la violence et aux conflits armés, à créer un environnement politiquement et socialement stable et à promouvoir l’égalité des sexes ».

Objectifs partagés

Le rapport décrit les domaines et objectifs communs aux gouvernements, au secteur privé et aux jeunes eux-mêmes. Il s’agit notamment d’accroître le financement du développement de la petite enfance, y compris la santé, la nutrition et une stimulation adaptée, afin de jeter les bases du développement physique, affectif et cognitif de l’enfant.

Il préconise d’améliorer l’éducation de base tout en développant les compétences nécessaires pour répondre à l’évolution rapide de l’économie, y compris la formation des jeunes. Mais aussi de soutenir davantage les jeunes qui passent de l’éducation à l’emploi.

Parmi les autres domaines communs, figure aussi l’amélioration de la qualité de l’éducation pour doter les enfants de compétences essentielles pour leur avenir, notamment la créativité, la pensée critique, la communication et l’empathie.

Enfin, le document invite à offrir aux enfants et aux jeunes des espaces pour exprimer leurs préoccupations, partager leurs idées et s’engager avec eux dans le processus de prise de décision, pour tirer le meilleur parti de leur ingéniosité.