Au Sommet du CARICOM, Guterres salue le rôle des Caraïbes dans la lutte contre le changement climatique

Photo : PNUD

Photo : PNUD

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a salué mercredi le rôle des pays des Caraïbes dans la lutte contre le changement climatique, lors d’un Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté caribéenne (CARICOM) à Sainte-Lucie. Il a rappelé qu’il s’était rendu il y a deux ans dans la région après les ravages causés par les ouragans Irma et Maria. « Des années de développement durement acquis ont été détruites à Barbuda et à la Dominique en quelques jours seulement », a souligné le Secrétaire général, qui a noté que ce n’était pas la première fois que les Caraïbes faisaient face à de telles destructions. « À mesure que la fréquence et la gravité des catastrophes naturelles liées au climat augmenteront, les risques pour les familles et le développement en général ne feront que s’intensifier », a-t-il ajouté.

Selon le chef de l’ONU, l’expérience des Caraïbes montre clairement qu’il faut réduire de toute urgence les émissions mondiales de gaz à effet de serre et œuvrer collectivement pour que la hausse de la température mondiale ne dépasse pas 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

« C’est la raison pour laquelle je demande aux responsables des gouvernements et du secteur privé de présenter, lors de mon Sommet pour l’action sur le climat (en septembre 2019) ou au plus tard en décembre 2020, des projets de réduction de 45% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 et de neutralité carbone d’ici à 2050 », a-t-il dit.

Le Secrétaire général a réclamé davantage d’ambition de la part des pays du monde entier et s’est félicité du rôle joué par la Communauté caribéenne.

« Vous êtes nos alliés importants dans la lutte contre le dérèglement climatique », a-t-il dit. « Nous entendons vos voix haut et fort dans les salles de négociation. Vous défendez depuis plus de 10 ans un seuil de 1,5 degré, ce qui pousse les dirigeants à concevoir de nouveaux modèles de développement économique et un accès à une énergie abordable et fiable ».

Selon le chef de l’ONU, les nations insulaires des Caraïbes sont en train de devenir des bancs d’essai influents pour des actions novatrices en faveur du climat, telles que les investissements dans les énergies renouvelables décentralisées.

Lors de son discours devant les chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté caribéenne, M. Guterres a également évoqué les autres obstacles au développement durable dans la région, dont l’insécurité et les contraintes économiques dues en particulier à la forte dépendance aux importations.