La cheffe des droits de l’homme de l’ONU plaide pour le rapatriement des familles de djihadistes

Photo : ONU

Photo : ONU

La cheffe des droits de l’homme a demandé lundi à Genève que les membres des familles des djihadistes capturés ou tués en Syrie et en Iraq soient « rapatriés, à moins qu’ils ne soient poursuivis pour des crimes ». « Les membres de la famille étrangers doivent être rapatriés, à moins qu’ils ne soient poursuivis pour des crimes conformes aux normes internationales », a déclaré la Haut-Commissaire Michelle Bachelet à l’ouverture de la 41ème session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. « Les enfants, en particulier, ont subi de graves violations de leurs droits – y compris ceux qui ont pu être endoctrinés ou recrutés par Daech pour commettre des actes de violence. La considération première doit être leur réhabilitation, protection et intérêt supérieur », a ajouté l’ancienne Présidente du Chili. Malgré la complexité de ces défis, rendre les personnes apatrides n’est jamais une option acceptable, a indiqué la Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU.

 « Toutefois, les mesures prises par certains États d’origine pour dépouiller des personnes de leur nationalité afin d’empêcher leur retour risquent de donner exactement ce résultat », a-t-elle regretté. Elle a donc lancé un appel auprès des Etats pour qu’ils accordent la nationalité aux enfants nés de leurs ressortissants dans les zones de conflit, ajoutant qu’infliger le statut d’apatride à ces enfants est un « acte de cruauté ».

Selon Mme Bachelet, plus de 11.000 membres présumés de familles de combattants de Daech sont détenus au camp d’Al-Hol (Syrie) « dans des conditions très nettement en deçà des normes ». Le Fonds onusien pour l’enfance (UNICEF) estime qu’il y a 29.000 enfants de combattants étrangers en Syrie – dont 20.000 d’Iraq, a indiqué la Haut-Commissaire, précisant que la plupart ont moins de 12 ans.

55.000 personnes liées à Daech doivent être jugées ou libérées

Depuis la chute en mars du « califat » de l’organisation « Etat islamique (EI) », certains pays sont confrontés à l’épineux problème du rapatriement des familles des djihadistes capturés ou tués en Syrie et en Iraq. Plus de 55.000 combattants présumés de Daech et leurs familles ont été arrêtés en Syrie et en Iraq. La majorité de ces personnes sont syriennes ou iraquiennes. Parmi elles figurent également des combattants présumés étrangers originaires de près de 50 pays.

Il est clair que toutes les personnes soupçonnées d’avoir commis des crimes, indépendamment de leur pays d’origine et de la nature de leur crime, doivent faire l’objet d’une enquête et de poursuites, dans le respect des garanties procédurales. La redevabilité, avec des procès équitables, protège les sociétés d’une nouvelle radicalisation et de la violence, a insisté Mme Bachelet.

« Le maintien en détention de personnes qui ne sont pas soupçonnées de crimes, en l’absence de fondement légal et d’un contrôle judiciaire indépendant régulier, n’est pas acceptable », a affirmé Mme Bachelet. Le mépris de la justice, les procès inéquitables et les conditions de détention inhumaines, ne peuvent que mettre de l’huile sur le feu, a mis en garde la Haut-Commissaire.

Mme Bachelet a relevé que « quelques pays ont fait des efforts pour rapatrier certains ressortissants, notamment des enfants », sans toutefois citer ces pays. Elle a également souligné que « quatre cas ont été portés à l’attention du Comité des droits de l’enfant et du Comité contre la torture par les grands-parents français d’enfants actuellement détenus en Syrie ou en Iraq ».

Elle a exhorté tous les États à assumer la responsabilité de leurs ressortissants et à travailler ensemble pour fournir des ressources afin d’aider les autorités et les acteurs concernés en Syrie et en Iraq à faire face aux besoins humanitaires urgents.

La Haut-Commissaire dénonce la criminalisation de l’aide aux migrants

Par ailleurs, la cheffe des droits de l’homme de l’ONU a dénoncé ce qu’elle considère comme « une tendance profondément malheureuse à la criminalisation de la compassion humaine fondamentale envers les migrants, y compris ceux qui se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité ».

Selon Mme Bachelet, l’ONG Open Democracy a rapporté le mois dernier que plus de 100 citoyens européens ont été arrêtés ou poursuivis en justice cette année pour avoir nourri des migrants affamés, les aidé à trouver un abri ou même pour avoir aidé une femme enceinte à se rendre à l’hôpital pour accoucher.

« Des poursuites similaires visant des personnes ordinaires cherchant à aider des personnes en détresse ont également eu lieu aux États-Unis et ailleurs. Pour la Haut-Commissaire, de telles mesures mettent clairement la vie des enfants, des femmes et des hommes en danger. Mais elles mettent également nos sociétés en danger. Elles violent les valeurs anciennes et précieuses communes à tous en pénalisant la compassion.

 « Il faut résister à cette criminalisation d’actes de décence humaine fondamentale. Nous avons tous le droit – et même le devoir – de nous entraider », a fait valoir l’ancienne Présidente chilienne.

A cet égard, elle a rappelé les Etats membres de l’ONU que « la Libye n’est pas un port de retour sûr ». L’intensification du conflit autour de Tripoli, qui a débuté en avril, a de graves répercussions sur les civils et les migrants continuent d’être soumis à une détention arbitraire dans des conditions choquantes et dégradantes.

« J’ai reçu des informations faisant état de nombreux décès en détention, de tortures, de violences sexuelles ainsi que du trafic et de la vente d’enfants, de femmes et d’hommes », a insisté Mme Bachelet.

Mme Bachelet demande l’accès au Soudan

La Haut-Commissaire Bachelet a regretté que Khartoum n’ait pas répondu à la demande d’accès du Haut-Commissariat pour y mener des enquêtes sur les violations graves des droits de l’homme qui auraient été commises par les forces de sécurité pendant la répression du soulèvement populaire pacifique pour la gouvernance démocratique et la justice. Mme Bachelet a réclamé aux autorités soudanaises de « mettre fin à la répression des droits humains de la population » et « de cesser immédiatement le blocage d’internet ».

« Le soulèvement populaire inspirant et pacifique au Soudan, avec son appel à la gouvernance démocratique et à la justice, a fait l’objet d’une répression brutale de la part des forces de sécurité ce mois-ci », Mme Bachelet. Des informations font état de plus de 100 manifestants tués et de nombreux autres blessés pendant et après l’attaque par les forces de sécurité lors d’un sit-in pacifique tenu le 3 juin. Elle a également déploré les raids menés sur des hôpitaux et des cliniques et les agressions du personnel de santé.

« Nous avons reçu des allégations de viols et d’abus sexuels perpétrés sur des femmes et des hommes pendant la répression, ainsi que des informations selon lesquelles des centaines de manifestants auraient disparu », a-t-elle dit. Dans ces conditions, Mme Bachelet trouve que « le peuple soudanais a le droit d’exprimer ses opinions et – comme tous les peuples du monde – il a le droit de vivre en liberté et en paix ».

Passant à sa visite au Cameroun, Mme Bachelet a appelé les autorités de ce pays à respecter les droits à la liberté d’expression et d’assemblée pacifique, de même qu’à considérer l’opposition comme un partenaire dans le dialogue inclusif qui sera indispensable pour jeter les bases d’une paix durable au Cameroun ; et à enquêter sur toutes les allégations de violations des droits de l’homme par les forces de sécurité.

Selon Mme Bachelet, des rapports ont fait état de nombreux incendies de maisons et de magasins par les forces de sécurité à Bamenda et d’au moins un assassinat extrajudiciaire ; ainsi que d’autres informations faisant état d’atteintes aux droits humains commises par des groupes armés séparatistes, notamment l’incendie de maisons, de cultures et de greniers. En outre, l’arrestation de plus de 350 personnes à la suite des manifestations organisées par l’opposition le 1er juin est inquiétante.

Mme Bachelet salue la décision de Hong-Kong de retarder l’adoption de la loi sur l’extradition

Sur le continent asiatique, la cheffe des droits de l’homme de l’ONU s’est une nouvelle préoccupée de la situation au Myanmar où les preuves indiquent que « la persécution des Rohingya qui vivent encore dans l’État de Rakhine se poursuit, avec pas ou peu d’efforts de la part des autorités pour créer les conditions propices au retour volontaire et sûr des réfugiés ».

S’agissant des Philippines, Mme Bachelet a indiqué que son bureau suit de très près la situation des droits de l’homme aux Philippines. Le nombre extraordinairement élevé de morts – et les informations persistantes faisant état d’exécutions extrajudiciaires – dans le cadre de campagnes contre la consommation de drogue se poursuivent. Le nombre officiel de décès – 5425 – serait préoccupant pour n’importe quel pays, a relevé Mme Bachelet.

En Chine, la Haut-Commissaire a salué la décision sage des autorités de Hong-Kong de retarder l’adoption de la loi sur l’extradition, en réaction à la démonstration massive d’esprit civique par une grande partie de la population.

 « J’encourage les autorités à procéder à de larges consultations avant d’adopter ou de modifier cette loi ou toute autre loi », a-t-elle ajouté tout en rappelant qu’elle continue « de soulever des questions liées au Xinjiang et à d’autres questions bilatérales avec le gouvernement chinois ».

« Les discussions concernant mon accès sans entrave à la province par mon bureau se poursuivent », a affirmé Mme Bachelet.

Plus globalement, la cheffe des droits de l’homme de l’ONU est persuadée que « seule une action multilatérale fondée sur des principes peut résoudre de manière adéquate ces problèmes, ainsi que d’autres ».

Elle a donc encouragé « tous les États à défendre les pays forts, non pas parce qu’ils attaquent les plus vulnérables, mais parce qu’ils protègent les plus vulnérables. Je les exhorte à défendre des gouvernements qui sont puissants parce qu’ils servent le peuple, pas eux-mêmes ». « Défendre un monde fondé sur l’espoir et la dignité – un monde qui a un avenir plus fort et plus sûr, car il défend les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels de tous », a conclu Mme Bachelet.