Les femmes doivent pleinement jouer leur rôle dans la gestion des océans, affirme l’ONU     

Photo : Banque mondialeA l’occasion de la Journée mondiale des océans, le Secrétaire général des Nations Unies a appelé à mettre fin aux conditions de travail dangereuses et à garantir que les femmes aient un rôle égal dans la gestion des activités liées aux  océans. « Pendant trop longtemps, les femmes n’ont pas été en mesure de partager à parts égales les avantages qu’offrent les océans », a déclaré António Guterres, signalant que les effets de la pollution et du changement climatique sur les océans ont un impact disproportionné sur les femmes. Selon le chef de l’ONU, les femmes représentent la moitié de la main-d’œuvre engagée dans la capture et la récolte du poisson sauvage et d’élevage, mais sont beaucoup moins payées que les hommes.

Elles sont aussi souvent reléguées à des activités de main-d’œuvre peu qualifiée et non reconnue, comme dans le secteur de la transformation du poisson, et se voient refuser les rôles décisionnels.

Il en va de même dans les secteurs connexes tels que le transport maritime, le tourisme côtier et les sciences marines, où la voix des femmes n’est souvent pas entendue.

Le chef de l’ONU a souligné qu’il est essentiel de lutter contre l’inégalité entre les sexes pour atteindre l’objectif et les cibles du Programme de développement durable à l’horizon 2030 relatifs aux océans.

  1. Guterres a ainsi exhorté les gouvernements, les organisations internationales, les entreprises privées, les communautés et les particuliers à promouvoir l’égalité des sexes et les droits des femmes et des filles, qui constituent une contribution essentielle pour relever les défis des océans.

Protéger nos océans, défense vitale contre le changement climatique

Les océans sont aujourd’hui sous une menace sans précédent, a affirmé le Secrétaire général, dressant le tableau sombre de leur dégradation.

« Au cours des 150 dernières années, environ la moitié des coraux vivants ont été perdus. Au cours des quatre dernières décennies, la pollution plastique des océans a décuplé. Un tiers des stocks de poissons sont aujourd’hui surexploités », a regretté M. Guterres, ajoutant que « les zones mortes – déserts sous-marins où la vie ne peut survivre en raison d’un manque d’oxygène – s’étendent et se multiplient rapidement ».

Il a souligné le rôle clef des océans qui non seulement « nous relient et nous soutiennent » mais « abritent une vaste biodiversité et constituent une défense vitale contre l’urgence climatique mondiale ».

  1. Guterres a lancé un appel à « agir dans toute une série de secteurs pour répondre aux demandes contradictoires de l’industrie, de la pêche, du transport maritime, de l’exploitation minière et du tourisme qui créent des niveaux insoutenables de stress sur les écosystèmes marins et côtiers ».

Selon lui, l’« Appel à l’action » adopté lors de la Conférence des Nations Unies sur les océans en 2017 montre la voie à suivre.

« Faisons tout notre possible pour protéger et préserver cette ressource essentielle au développement durable », a enfin lancé le chef de l’ONU, en vue de la prochaine réunion sur les océans qui doit se tenir à Lisbonne en 2020.