Maintien de la paix : la présence des femmes est une source d’efficacité, estime António Guterres

Photo : ONU

S’adressant au Conseil de sécurité lors d’un débat sur le rôle des femmes dans le maintien de la paix, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a rappelé jeudi « qu’il ne s’agit pas seulement d’une question de chiffres, mais aussi d’efficacité des mandats des Nations Unies ». Dans son discours devant les Quinze, le chef de l’ONU a expliqué que le fait d’avoir un plus grand nombre de femmes qui maintiennent la paix « conduit à des mesures  protectrices plus crédibles, qui répondent aux besoins de tous les membres des communautés locales ». António Guterres a rappelé que la présence des femmes permet de recevoir davantage de signalements de violences sexuelles et sexistes et moins d’incidents d’exploitation et d’abus sexuels, ce qui conduit à « des processus de paix plus représentatifs et inclusifs ».

Avec l’élaboration de la Stratégie sur la parité des sexes en 2017, les Nations Unies ont lancé un « effort ambitieux et essentiel » à l’échelle du système pour améliorer la représentation des femmes à tous les niveaux, a déclaré le chef de l’ONU.

Cependant, pour le Secrétaire général, il est nécessaire d’« aller plus loin » pour s’assurer que les droits et la participation des femmes sont au centre des décisions de maintien de la paix.

De nombreuses initiatives

Le Secrétaire général a cité les nombreuses mesures prises dont  l’initiative « Action pour le maintien de la paix » qui a appelé à la participation pleine, égale et significative des femmes à toutes les étapes des processus de paix.

L’intégration d’une perspective sexospécifique à tous les stades de l’analyse, de la planification, de la mise en œuvre et de l’établissement de rapports a également été prise en compte.

António Guterres a remercié les plus de 150 États membres qui ont signé cet engagement, ainsi que ceux qui ont lancé l’« Initiative Elsie ». Ce programme a été présenté la semaine dernière à la Conférence ministérielle sur le maintien de la paix et vise à surmonter les obstacles à une participation accrue et significative des femmes aux opérations de paix.

Des progrès réalisés

António Guterres a également souligné la nécessité de disposer de listes de recrutement équilibrées entre les sexes. Les objectifs en matière de représentation des femmes vont de 15% à 35 % d’ici 2028, y compris les militaires, les policiers et les fonctionnaires de justice.

Pour le Secrétaire général, « la réalisation de ces objectifs représentera un pas important vers la parité ».

Cependant, depuis décembre 2015, le nombre de femmes dans l’armée et la police a augmenté d’environ 1%, ce qui pour António Guterres « n’est manifestement pas suffisant ».

Selon le chef de l’ONU, le nombre de femmes occupant des postes d’officier d’état-major et d’observateur militaire a presque doublé depuis la première réunion ministérielle pour le maintien de la paix en 2017. Les femmes représentent plus de 13% du personnel déployé.

Depuis lors, 27 pays qui n’avaient jamais nommé de femmes l’ont fait. Dans le cas de 30 pays, plus de 15% des observatrices militaires et du personnel des opérations de paix ont été intégrées.