Forum de la jeunesse: revendicateurs, les jeunes se préparent au suivi de six des 17 objectifs de développement durable

Photo : ONU

Le huitième Forum de la jeunesse a ouvert ses portes, ce matin, à 800 jeunes et 34 ministres qui se préparent à trois grands rendez-vous importants sur la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030.  Réuni cette année sur le thème « Des jeunes autonomisés, intégrés et égaux », le Forum s’attaque à six des 17 objectifs fixés, à savoir l’éducation de qualité, la croissance inclusive et le travail décent, la réduction des inégalités, l’action climatique, les institutions fortes et les partenariats. L’Envoyée du Secrétaire général pour la jeunesse a fait remarquer l’absence à ce forum d’un grand nombre de jeunes, faute de visa, une absence d’autant plus regrettable que nous sommes à un moment où le monde a besoin de dialoguer et d’échanger par-delà les frontières et les cultures.

Les jeunes représentent 16% de la population mondiale mais les chiffres restent alarmants: 138 millions d’entre eux sont privés d’école dans les pays à faible revenu, 145 millions sont des travailleurs pauvres et 65 millions, des chômeurs.  Des millions de jeunes vivent dans des environnements vulnérables, à cause de leur race, de leur ethnie, de leur religion, de leur orientation sexuelle, de leur affiliation politique ou des changements climatiques.

Pour comprendre ce que veulent dire « autonomes, intégrés et égaux », il faut d’abord, a estimé la Fondatrice de PRIDE, comprendre ce que veut dire « manque » d’autonomie, d’intégration et d’égalité et demander à ceux qui luttent pour leur liberté, ceux qui sont enfermés dans la culture du silence ou celles qui subissent le patriarcat et le harcèlement sexuel.  On peut aussi demander leur avis aux habitants des îles qui luttent chaque jour contre l’élévation du niveau de la mer et aux gens qui doivent se nourrir malgré le réchauffement de la planète.

Si la mondialisation et les progrès technologiques ont permis des avancées remarquables, ils sont aussi à l’origine d’une aggravation des inégalités et ce sont les jeunes qui en font les frais, d’où leur manque de confiance dans les institutions politiques, voire la montée des populismes, a ajouté l’Envoyée pour la jeunesse.

Nous sommes ici, a rassuré la Présidente du Conseil économique et social (ECOSOC), pour témoigner de nos efforts communs et de notre détermination à rendre les jeunes capables de contribuer à la mise en œuvre du Programme 2030, un document des peuples, par les peuples, pour les peuples.  Je compte, a renchéri la Présidente de l’Assemblée générale, que les discussions enrichiront les travaux du Forum politique de haut niveau, en juillet prochain, de la réunion de haut niveau sur l’action climatique et du Sommet sur les objectifs de développement durable, en septembre.  « Nous attendons de vous des solutions concrètes. »  Nous voulons surtout être associés à l’élaboration des politiques, a martelé la représentante des jeunes autrichiens.  Nous en avons assez des appels à la patience et à la modération.

La vocation du Forum est précisément de maintenir un dialogue substantiel entre les jeunes et les États pour avancer dans la mise en œuvre du Programme 2030, a expliqué l’Envoyée pour la jeunesse.  Profitant du dialogue au cours de la table ronde sur le thème « Programme 2030 par les jeunes: œuvrer avec et pour les jeunes », les jeunes autochtones et les jeunes handicapés ont fait observer que l’objectif 10 de développement durable sur la réduction des inégalités ne s’adresse pas à eux.  Sans la pleine mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, la lutte contre les inégalités ne saurait réussir, ont-ils prévenu.  Aujourd’hui, les jeunes handicapés sont toujours les plus touchés par le chômage et le manque d’accès à l’éducation et à la santé.  C’est la population la plus exclue et la plus marginalisée, et c’est celle qui reçoit le moins d’aide.

L’Envoyée pour la jeunesse a attiré l’attention sur la Stratégie des Nations Unies pour la jeunesse, lancée l’année dernière, qui rassemble le savoir-faire de toutes les agences onusiennes au service du potentiel des jeunes.  Cette stratégie, a-t-elle retenu, a pour objectif de faciliter l’action et d’imprimer l’impact des jeunes dans la réalisation du Programme 2030.

Le Forum de la jeunesse, qui a tenu cet après-midi des tables rondes sur chacun des six objectifs de développement durable à l’examen, se réunira une dernière fois demain, mardi, à partir de 10 heures, pour une autre table ronde sur le thème « Investir dans le développement de la jeunesse : financement et autres moyens de mise en œuvre ».