L’Assemblée générale clôt sa 69ème session centrée sur le développement durable

L’Assemblée générale des Nations Unies a clos lundi sa 69ème session, qui a été marquée par les travaux menés avec succès pour définir des objectifs de développement durable pour les quinze années à venir. « Le succès marquant de cette 69ème session est bien sûr le Programme 2030 pour le développement durable »,(…)

 a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dans un discours lors de la réunion de clôture. « Le nouveau Programme est le produit d’un véritable sens de la solidarité ».

Le chef de l’ONU a rappelé que la définition des 17 objectifs et des 169 cibles ne s’était pas faite en une nuit.

« Plusieurs séries de consultations intensives ont comblé les différences et permis d’arriver à un terrain d’entente », a-t-il ajouté, remerciant le Président de l’Assemblée générale, Sam Kutesa, et les médiateurs nommés par lui (le Représentants permanents de l’Irlande et du Kenya) pour leur soutien avisé.

Ban Ki-moon s’est également félicité d’autres succès de l’Assemblée générale lors de sa 69ème session.

L’automne dernier, l’Assemblée a adopté la première résolution « ouvrant la voie à une action courageuse et efficace pour combattre Ebola ». « En moins d’un an, notre première opération sur le terrain dans le domaine de la santé, la Mission des Nations Unies pour l’action d’urgence contre Ebola, a rempli son mandat unique et la communauté internationale a travaillé au sein d’une coalition sans précédent pour soutenir la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone pour limiter l’impact de cette maladie mortelle », a-t-il souligné.

Il a toutefois rappelé que, si le nombre de cas d’Ebola a très nettement diminué, l’épidémie n’a pas complètement disparu et il faut continuer à être vigilant.

Parmi les autres évènements marquants de la 69ème session, M. Ban a noté le débat de haut niveau, le printemps dernier, sur la promotion de la tolérance et de la réconciliation et la lutte contre l’extrémisme violent.

Le Président de l’Assemblée générale, Sam Kutesa, a estimé pour sa part qu’il fallait continuer de réfléchir à la réforme de l’ONU pour la rendre plus apte à répondre aux défis locaux, nationaux, régionaux et internationaux, alors qu’elle célèbre cette année le 70ème anniversaire de sa fondation.

Lors d’une conférence de presse organisée avant la session de clôture, M. Kutesa s’est également félicité de la définition du Programme 2030 pour le développement durable mais a estimé que les efforts « pour mettre notre monde sur une trajectoire durable resteront vains si nous ne faisons rien contre l’un des principaux défis de notre époque, le changement climatique ».

« Il est crucial d’arriver à un accord courageux et ambitieux à Paris qui permette la réalisation d’un développement durable, tout en protégeant la planète », a-t-il ajouté.