Crise des réfugiés : le HCR salue les propositions de la Commission européenne

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a salué vendredi les propositions dévoilées mercredi par la Commission européenne pour faire face à la crise actuelle des réfugiés, notamment celle consistant à accueillir des dizaines de milliers d’entre eux et à les répartir entre les différents Etats européens.

Lors d’un point de presse organisé à Genève, William Spindler, un porte-parole du HCR, a déclaré que l’accueil et la répartition de 160.000 réfugiés se trouvant actuellement en Grèce, en Italie et en Hongrie contribuerait fortement à faire avancer la crise actuelle.

« Nos premières estimations font état de besoins encore plus élevés, mais l’accent doit être désormais mis sur la participation de tous les États membres [de l’Union européenne] à cette initiative, qui doit être rapidement mise en œuvre », a déclaré M. Spindler, ajoutant que les besoins des réfugiés, leurs préférences géographiques et leurs qualifications professionnelles devraient, dans la mesure du possible, être pris en compte au moment de l’accueil.

L’Europe est en effet confrontée depuis le début de l’année à un afflux massif de réfugiés fuyant les zones de conflit comme la Syrie, l’Iraq et l’Afghanistan tel qu’elle n’en avait pas connu depuis des décennies. Selon le HCR, plus de 300.000 personnes ont risqué leur vie depuis janvier 2015 pour traverser la mer Méditerranée en direction des côtes grecques et italiennes, dont 2.600 d’entre elles n’ont pas survécu au voyage.

« A leur arrivée en Europe ou lors de leur entrée dans l’Union européenne, les réfugiés doivent trouver un environnement accueillant et une prise en charge immédiate de leurs besoins de base », a ajouté le porte-parole, appelant l’Europe à mobiliser toutes ses agences concernées pour y parvenir.

A ce titre, M. Spindler s’est également félicité de l’appel de la Commission aux Etats membres à ouvrir et élargir les voies de migration légale sur le continent.

Tout en appelant à prendre des mesures énergiques contre les trafiquants de migrants et les passeurs, le porte-parole du HCR a en outre insisté pour que la gestion des frontières par les Etats européens soit conforme au droit national, européen et international, y compris le droit de demander l’asile.

Spindler a par ailleurs salué la reconnaissance, parmi les propositions de la Commission, de la nécessité de traiter des causes profondes des déplacements, notamment en investissant davantage dans la prévention et la résolution des conflits, en finançant de manière accrue l’aide humanitaire aux réfugiés, mais aussi en soutenant économiquement les pays qui accueillent le plus de réfugiés dans le monde, dont les Etats voisins de la Syrie, de l’Iraq, de l’Afghanistan, de l’Érythrée et de la Somalie.