Message du secrétaire général des Nations Unies à l’occasion de la Journée Internationale de la Charité

La Journée internationale de la charité coïncide avec l’anniversaire du décès de Mère Teresa, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 1979 pour son action en faveur de l’élimination de la pauvreté. Lorsqu’elle a reçu le prix, elle a éloquemment versé la somme dont celui-ci était doté aux populations parmi les plus pauvres en Inde.

À un moment où l’aide humanitaire est devenue plus que jamais nécessaire et où le monde compte plus de réfugiés et de personnes déplacées qu’à toute autre époque depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les œuvres de bienfaisance jouent un rôle de plus en plus crucial pour la satisfaction des besoins de l’humanité.

Comme il a été reconnu dans le Programme d’action d’Addis-Abeba, les organisations philanthropiques et bénévoles seront, grâce à leurs ressources, leurs connaissances et leur ingénuité, des partenaires précieux dans la mise en œuvre du nouveau programme de développement durable pour 2030.

Les organismes humanitaires et de développement des Nations Unies comptent également sur les dons du public et sur la générosité des gouvernements pour poursuivre leur action salvatrice face aux problèmes de développement, aux catastrophes naturelles, aux conflits armés et à d’autres situations d’urgence.

En cette Journée internationale, j’exhorte les uns et les autres, partout où ils se trouvent, à s’engager dans l’action bénévole et à faire œuvre de charité face à la souffrance humaine.

Ces expressions de solidarité nous aident dans notre quête commune, celle de vivre ensemble en harmonie et de construire un avenir durable dans la paix pour tous.