A Genève, Ban Ki-moon rend visite à l’équipe de l’OMS impliquée dans la lutte contre Ebola

09-25-2014WHO_EbolaAlors qu’il se trouvait à Genève, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rencontré mercredi l’équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) impliquée dans la lutte contre Ebola afin d’exprimer sa reconnaissance pour le travail accompli depuis mars en réponse à l’épidémie qui frappe l’Afrique de l’Ouest. Sur le terrain, la chef de la Mission de maintien de la paix des Nations Unies au Libéria (MINUL), Karin Landgren, a rappelé lors d’une conférence de presse à l’occasion du 11ème anniversaire de la mission que celle-ci resterait pour aider le pays à surmonter l’épidémie.

Mme Landgren a précisé que la semaine dernière, un membre du personnel libérien de la MINUL est décédé probablement à cause d’Ebola. Elle a ajouté que la Mission avait pris des mesures pour sensibiliser tous les employés à la maladie et les aider à se protéger.

Pour sa part, le nouveau chef de la Mission sanitaire d’urgence contre Ebola (MINUAUCE), Anthony Banbury, se trouve également au Libéria ce mercredi pour discuter avec le gouvernement et d’autres partenaires des priorités pour combler les lacunes dans la lutte contre l’épidémie.

De leur côté, le Ministère libérien de l’agriculture, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) en collaboration avec des partenaires du secteur, ont lancé une mission conjointe rapide de deux semaines pour évaluer les besoins alimentaires dans 15 comtés du Libéria.

Cet exercice a pour but de rassembler les informations nécessaires pour analyser l’impact que la maladie a eu à ce jour sur l’agriculture, les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire dans les communautés touchées.

« Les résultats de cette évaluation rapide nous aideront à mieux comprendre les besoins essentiels de la population afin de concevoir des mesures immédiates pour répondre aux besoins les plus urgents de la population », a déclaré une consultante de la FAO, Jesse Yuan.

« L’évaluation conjointe FAO-PAM représente une occasion importante pour planifier une réponse permettant de réduire l’impact d’Ebola sur les populations », a déclaré pour sa part le Coordonnateur d’urgence du PAM au Libéria, Christophe Boutonnier.