Archives de catégorie : Droits de l’homme

Gaza : le Conseil des droits de l’homme tiendra une session extraordinaire ce vendredi à Genève

Photo : Conseil des droits de l’homme des Nations Unies

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies tiendra, vendredi prochain à Genève, une session extraordinaire consacrée à « la détérioration de la situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ». Cette réunion se déroulera à partir de 10h heure locale, au Palais des Nations, siège des Nations Unies à Genève. Pour qu’une session extraordinaire puisse être convoquée, elle doit obtenir le soutien d’au moins un tiers des 47 membres du Conseil – soit 16 membres au minimum. La demande de cette session extraordinaire a été « officiellement présentée par la Palestine et les Emirats arabes unis, au nom du Groupe des États arabes », souligne dans un communiqué le Conseil, qui précise que la requête a été déjà soutenue par 17 Etats. Continuer la lecture

Comité des droits de l’enfant : deux tiers des enfants dans le monde sont laissés pour compte, avertit l’ONU

Photo : UNICEF Tunis

Nous sommes dans une course contre la montre pour réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030 pour les droits de l’enfant, a affirmé lundi le Directeur de la Division des mécanismes de droits de l’homme au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, Adam Abdelmoula, à l’ouverture de la soixante-dix-huitième session du Comité des droits des enfants à Genève. « Près de trente ans après l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant, les enfants sont toujours confrontés à d’énormes difficultés pour faire reconnaître et respecter leurs droits », a déclaré Adam Abdelmoula. Continuer la lecture

L’UNICEF lance un appel pour que cessent les attaques visant les enfants à travers le monde

Photo : ONU

La Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta H. Fore, a lancé mardi un appel pour que cessent les attaques visant les enfants à travers le monde, pointant du doigt notamment les violences en République centrafricaine, au Soudan du Sud, en Syrie et en Afghanistan. « Des parties en conflit continuent d’ignorer ouvertement l’une des règles les plus fondamentales de la guerre : la protection des enfants », a dit Mme Fore dans une déclaration à la presse. Elle a dénoncé les attaques contre des écoles, des hôpitaux et d’autres infrastructures civiles, ainsi que des enlèvements et des recrutements d’enfants, et des refus d’autoriser une assistance humanitaire. Version arabe, défilez vers le bas. Continuer la lecture

Message du Secrétaire général à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai)

La liberté de la presse est la garante de la paix, de la justice et du respect des droits de l’homme partout dans le monde. Elle est un pilier indispensable de toute société transparente et démocratique et met les forces au pouvoir face à leur responsabilités. Elle est essentielle au développement durable. Version arabe, défilez vers le bas. Continuer la lecture

Journée mondiale de la liberté de la presse – 3 mai : Médias, justice et état de droit : les contrepoids du pouvoir

Affiche de la Journée 2018

Photo : UNESCO

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias. Tous les ans, la Journée mondiale de la liberté de la presse permet de :

  • célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse;
  • d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde;
  • de défendre l’indépendance des médias; et
  • de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession. Version arabe, défilez vers le bas.

Continuer la lecture

De jeunes leaders et l’ONU unissent leurs forces pour prévenir l’extrémisme violent

Photo : UNESCO

Un nouveau projet de deux ans intitulé « Prévention de l’extrémisme violent à travers l’autonomisation des jeunes en Jordanie, en Libye, au Maroc et en Tunisie » a été lancé par de jeunes leaders, l’UNESCO et le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT), au Siège de l’UNESCO à Paris, le 24 avril 2018. Ce nouveau projet apportera son soutien à des initiatives menées sur le terrain par des jeunes dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture et des médias pour prévenir l’extrémisme violent. Des organisations de jeunesse, des acteurs du monde de l’éducation et des professionnels des médias seront mobilisés autour d’un ensemble d’activités telles que des dialogues interculturels à destination des jeunes, des formations sur la couverture médiatique des conflits ou encore des laboratoires destinés à développer la pensée critique. Version arabe, défilez vers le bas. Continuer la lecture

A l’ONU, des jeunes partagent leurs perspectives sur la mémoire de l’esclavage

Photo : ONU

Des élèves du Mexique, de Tanzanie et des États-Unis ont participé vendredi à l’Assemblée générale des Nations Unies à une discussion interactive sur l’esclavage et ses conséquences qui ont perduré à travers les siècles. Organisée par l’ONU dans le cadre de la Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine (2015-2024), la rencontre avait pour but de sensibiliser les jeunes à la mémoire de l’esclavage afin qu’ils comprennent mieux les causes, les conséquences, les leçons et la mémoire de la traite transatlantique. Pendant plus de 400 ans, plus de 15 millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été victimes de la tragique traite transatlantique des esclaves, l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de l’humanité. Version arabe, défilez vers le bas. Continuer la lecture

Tunisie : un expert des Nations Unies pour évaluer la liberté de religion ou de conviction du 9 au 19 avril 2018

Mr. Ahmed Shaheed, Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction © UN Photo/Amanda Voisard

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction effectuera une visite officielle en Tunisie du 9 au 19 avril pour examiner les politiques et pratiques du pays visant à promouvoir et protéger la liberté de religion ou de conviction. « J’espère connaitre de près la situation des droits de l’homme en Tunisie, y compris les bonnes pratiques et les défis auxquels le pays est confronté en matière de liberté de religion ou de conviction », a déclaré le Rapporteur spécial M. Ahmed Shaheed. La Tunisie a réalisé beaucoup d’acquis depuis la révolution de 2011. Elle a conduit des réformes institutionnelles majeures dans un délai relativement court et elle est souvent considérée comme le pays le plus progressiste de la région. Continuer la lecture

Peuples autochtones : une session annuelle sous le signe des terres et des ressources

UNESCO : Femme berbère

L’Instance permanente sur les questions autochtones a ouvert, ce matin, les travaux de sa dix-septième session, placée sous le thème des « droits collectifs des peuples autochtones sur leurs terres, leurs territoires et leurs ressources ». « Nous ne pouvons plus parler de terres autochtones comme si elles étaient comme les autres terres », a notamment déclaré le Président de l’Assemblée générale pour qui il importe de mieux comprendre leur importance pour les communautés auxquelles elles appartiennent, alors même que les terres et les ressources des communautés autochtones se dégradent, soit à cause des activités humaines, soit à cause du changement climatique.  Version arabe en bas de la page. Continuer la lecture

Violences sexuelles dans les conflits : l’ONU appelle à faire davantage pour lutter contre l’impunité

Photo : ONU

Le Conseil de sécurité a tenu lundi un débat ouvert sur les violences sexuelles dans les conflits. Un débat au cours duquel l’ONU a plaidé pour davantage de mesures pour mieux protéger les victimes tandis qu’une avocate rohingya a appelé les membres du Conseil à renvoyer la situation au Myanmar devant la Cour pénale internationale. « D’où je viens, des femmes et des filles ont été violées, torturées et tuées par l’armée du Myanmar, pour aucune autre raison que le fait d’être Rohingya », a déclaré l’avocate Razia Sultana qui s’exprimait au Conseil de sécurité au nom des organisations non gouvernementales. Version arabe en bas de la page. Continuer la lecture