Un capital humain qualifié, facteur déterminant pour l’intégration des marchés internationaux et une croissance inclusive

Photo : Banque mondiale

Le rôle déterminant du capital humain pour le développement des Économies en Développement et Émergentes (EDE) dans le contexte mondial en pleine mutation actuel est au cœur des discussions du XIIème Colloque international de Rabat, prévu cette semaine, du 15 au 16 novembre sous le thème « Capital humain et échanges internationaux ». « Les deux thèmes, capital humain et échanges internationaux, qui seront débattus durant ces deux jours, sont intimement liés car le capital humain est l’un des facteurs de production de biens et de services qui sont échangés sur le plan régional et international. La compétitivité de ces biens et services dépend de l’efficacité et la productivité du capital humain qui doit être en constante amélioration par les sciences, les technologies et l’ingénierie », a déclaré Lilia Hachem Naas, Directrice du Bureau de la CEA en Afrique du Nord à l’ouverture de la rencontre.

Le capital humain est partie intégrante des dynamiques de développement et de croissance des Économies en Développement et Émergentes. Il joue ainsi un rôle majeur dans l’intégration des pays dans les chaînes de valeurs régionales, le transfert de savoir-faire, la recherche-développement, la valorisation industrielle, l’attractivité des territoires pour les investissements directs étrangers et la diversification des économies.

Face à la concurrence sur le marché mondial, les pays se doivent ainsi de développer des politiques publiques en matière d’enseignement et de formation qui favorisent l’amélioration du capital humain.

« L’expérience des pays asiatiques rappelle que l’investissement dans le capital humain, l’éducation et la recherche-développement favorise une dynamique induisant des avantages comparatifs dans les échanges internationaux comme en témoigne le cas de la Corée du Sud » a déclaré M. Azzedine Ghoufrane, Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales – Souissi de Rabat et titulaire de la Chaire de l’OMC de l’Université Mohammed V de Rabat.

Les travaux du colloque porteront sur le capital humain des EDE dans un marché mondial en pleine mutation et devenu très concurrentiel, caractérisé par une érosion des avantages comparatifs des pays. En particulier la relation entre le capital humain et la compétitivité des pays, leur capacité à attirer des investissements étrangers, à concrétiser l’intégration régionale dans les contextes africain et méditerranéen devient une question centrale pour définir des politiques ciblées de renforcement des compétences et de création d’emplois.

Le Colloque international de Rabat est un événement annuel, organisé par la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales – Souissi de Rabat en partenariat avec le Bureau de la CEA en Afrique du Nord, la Chaire de l’OMC de l’Université Mohammed V de Rabat et le Laboratoire d’Économie appliquée au Développement (LEAD) de l’Université de Toulon.

Cette année de nouveaux partenaires se sont associés à l’organisation de cet événement : l’Institut Africain de Développement Économique et de Planification des Nations Unies (IDEP), la Faculté des Sciences de l’Éducation, le Programme des Chaires de l’OMC ainsi que le Laboratoire d’Études et de Recherches Juridiques et Politiques (LERJP) de l’Université Mohammed V de Rabat.

La matinée du vendredi comportera une session plénière dédiée à la problématique de l’emploi des jeunes par la formation professionnelle et la promotion des compétences dans les pays du Maghreb ainsi que deux ateliers doctoraux à l’intention des jeunes chercheurs.