Les retours humanitaires volontaires de l’OIM se poursuivent en Libye tandis que le nombre de migrants détenus monte en flèche

Entre janvier et juillet 2018, l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, a rapatrié 10 950 migrants bloqués en Libye grâce à son programme d’aide au retour humanitaire volontaire. La majorité des migrants (9 636) sont rentrés chez eux dans des pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest à bord de vols affrétés par l’OIM tandis que 325 sont rentrés en Afrique de l’Est et dans la corne de l’Afrique et quelques autres en Asie et en Afrique du Nord. A leur arrivée, tous les migrants étaient éligibles à une aide à la réintégration. 

Les vols affrétés par l’OIM sont coordonnés en coopération avec les autorités libyennes, les ambassades et les consulats dans les pays de retour ainsi qu’avec les bureaux de pays de l’OIM et d’autres organisations internationales. En outre, à ce jour en 2018, l’OIM a aidé 1 314 migrants à rentrer chez eux de Libye à bord de vols commerciaux.

De nombreux migrants de Libye choisissent souvent de rentrer chez eux après être arrivés au Niger par la route, d’où l’OIM organise leur transport vers leurs pays d’origine. En 2018 (janvier-juillet), l’OIM a rapatrié 2 175 migrants depuis le Niger jusqu’à leur pays d’origine (1 443 à bord de vols charters et 732 sur des lignes commerciales).

Le programme d’aide au retour humanitaire volontaire a été lancé en 2016 dans le cadre de l’Initiative conjointe UE-OIM sur la protection et la réintégration des migrants avec le financement du Fonds fiduciaire de l’Union européenne pour l’Afrique en Libye et dans d’autres pays d’Afrique. Compte tenu de la demande croissante de migrants à rentrer chez eux, l’OIM a intensifié ses efforts pour aider les migrants, notamment en agrandissant les centres d’accueil, en organisant des activités de réintégration et en fournissant un soutien communautaire aux rapatriés et aux victimes de traite.

En octobre 2017, le nombre de migrants dans les centres de détention officiels a été divisé par cinq, en grande partie grâce aux efforts déployés par l’OIM pour accélérer le rapatriement des migrants et la fermeture des centres de détention. Toutefois, ces derniers mois, le nombre de réfugiés et de migrants interceptés en mer et rapatriés en Libye a augmenté de façon préoccupante, passant de 5 500 en 2017 à 9 300 en 2018. Il n’existe aucun chiffre disponible sur le nombre de migrants détenus dans des centres de détention non officiels dirigés par les milices ou les passeurs.

En avril 2018, l’OIM a identifié 179 400 déplacés internes et 690 351 migrants à l’intérieur du pays. Malgré les circonstances actuelles, la Libye continue d’être le principal pays de destination et de transit pour les migrants qui recherchent une vie meilleure en Europe. Accédez ici aux derniers chiffres de la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’OIM.

Selon l’OIM, le nombre total de migrants et de réfugiés entrés en Europe par la mer Méditerranée s’élève à 60 309 depuis début 2018 (jusqu’au 8 août). Ce chiffre représente moins de la moitié des 117 988 arrivées recensées en 2017 à la même période l’an dernier. Cette baisse est en grande partie due à une série de mesures adoptées par les Etats membres de l’UE depuis fin 2016, notamment la fermeture de l’itinéraire migratoire à travers la Méditerranée.

En 2018, la responsabilité de la coordination des opérations de sauvetage a été transférée des garde-côtes italiens aux garde-côtes libyens.

Pour les dernières informations sur les arrivées et les décès dans la Méditerranée, rendez-vous sur : http://migration.iom.int/Europe
Pour plus d’informations, veuillez contacter l’OIM en Libye :
Maya Abu Ata, Tel. +216 29 240 448, email : mabuata@iom.int
Christine Petré, Tel. +216 29 240 448, email : chpetre@iom.int