Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées  15 juin

Photo : ONU

Qu’est-ce que la maltraitance des personnes âgées?

Par maltraitance des personnes âgées on entend un acte unique ou répété, voire l’absence d’intervention appropriée, entraînant des blessures physiques ou une détresse morale pour la personne qui en est victime. Elle peut ainsi prendre plusieurs formes, y compris: l’abus financier; les violences physiques, psychologiques ou sexuelles; l’abandon ou la négligence; l’atteinte grave à la dignité; le manque de respect.

Elle peut aussi varier en fonction des régions, des traditions et des cultures. Par exemple, les types les plus courants de maltraitance dans les pays à revenu élevé ou intermédiaire sont:

  • les abus financiers (1,0 à 9,2% des personnes âgées);
  • les violences psychologiques (0,7 à 6,3%);
  • la négligence (0,2 à 5,5%);
  • les violences physiques (0,2 à 4,9%);
  • les violences sexuelles (0,04 à 0,82%).

Considéré comme une affaire d’ordre privé, ce problème social a été très souvent absent du débat public. Il demeure encore aujourd’hui un sujet peu ou pas reconnu, et globalement sous-estimé. La maltraitance des personnes âgées représente toutefois un véritable problème de société et de santé publique qui nous concerne tous. Elle peut entraîner de graves traumatismes physiques, ainsi que des conséquences psychologiques graves, comme la dépression ou l’angoisse.

Une réalité peu connue

Globalement, on estime que 1 personne âgée sur 10 est confrontée chaque mois à des formes de maltraitance (d’après une étude de 2017). Il se peut toutefois que ces données soient largement sous-estimées, puisque seulement 1 cas de maltraitance sur 24 vient notifié par les victimes, celles-ci craignant souvent de signaler les cas de mauvais traitements à la famille, aux amis, ou aux autorités.

De plus, le nombre de cas de maltraitance des personnes âgées risque de s’accroître, compte tenu du vieillissement rapide de la population dans de nombreux pays et de l’impossibilité de répondre à leurs besoins du fait de contraintes budgétaires. D’ici 2055, le nombre de personnes de plus de 60 ans devrait en effet doubler, passant de 900 millions en 2015 à quelques 2 milliards.

L’abus financier des personnes âgées

De récentes études indiquent que l’exploitation financière et matérielle des personnes âgées est l’un des principaux problèmes identifiés dans les cas de maltraitance. Selon les données disponibles, 5 à 10% des personnes âgées à travers le monde seraient en effet victimes d’exploitation financière. Cependant, comme pour les autres cas, de tels abus ne sont pas souvent signalés, en partie à cause de la honte et de l’embarras que ressentent les victimes ou de leur incapacité à les signaler en raison de troubles cognitifs ou autres maladies. La plupart des études de prévalence sont donc basées sur des sondages.

L’exploitation financière prend diverses formes. Dans les pays développés, l’abus financier des personnes âgées englobe souvent le vol, la fraude, l’utilisation abusive des biens et procurations, ainsi que le refus d’accès à leurs fonds. Dans les pays moins développés, l’accablante majorité des cas d’exploitation financière comprend des accusations de sorcellerie, allégations utilisées pour justifier l’appropriation de biens, l’expulsion des foyers et le déni d’héritage familial aux veuves.

Ce type de maltraitance est notamment favorisé par des situations qui comprennent:

  • l’isolement social, voire des handicaps coginitifs ou physiques de la victime;
  • la dépendence physique ou émotionelle de la victime envers le coupable;
  • la dépendence financière du coupable envers la victime;
  • la pauvreté;
  • le veuvage;
  • le manque de réseaux de soutien;
  • la discrimination envers les personnes âgées;
  • des systèmes discriminatoires en matière d’héritage;
  • des systèmes de police et de justice pénale insuffisants.
  • Prévenir à plusieurs niveaux

Bien qu’il soit généralement sous-évalué à l’échelle mondiale, le problème de la maltraitance et de l’abus des personnes âgées persiste. Il est à la fois présent dans les pays en développement et dans les pays développés. Une réponse globale et multidimensionnelle est donc nécessaire pour assurer la protection de leurs droits fondamentaux.

Plusieurs initiatives préventives ont déjà été mises en place dans différents pays. Il s’agit notamment de:

  • campagnes de sensibilisation du public et des professionnels;
  • dépistage des victimes de violence potentielle;
  • programmes intergénérationnels dans les écoles;
  • interventions de soutien aux personnes s’occupant de la personne âgée (par exemple gestion du stress, services de relève);
  • politiques sur les soins en établissement pour définir et améliorer les normes de soins;
  • formations sur la démence destinées aux personnes s’occupant des personnes âgées.

D’autre part, les efforts favorisant une réponse rapide face aux cas de maltraitance incluent:

  • l’obligation de signalement des cas de maltraitance aux autorités;
  • les groupes d’entraide;
  • les familles d’accueil et les foyers d’accueil d’urgence;
  • des programmes d’aide psychologique pour les auteurs de mauvais traitements;
  • des services téléphoniques d’assistance pour donner des informations et des orientations-recours;
  • les interventions pour soutenir les personnes s’occupant des personnes âgées.