Le Conseil de sécurité appelle à empêcher les terroristes de tirer profit d’activités de criminalité organisée

Conseil de sécurité de l’ONU

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a fortement engagé mardi les Etats membres et les organisations régionales, sous-régionales et internationales compétentes à améliorer leur coopération et leurs stratégies visant à empêcher les terroristes de tirer profit d’activités de criminalité transnationale organisée. Dans une déclaration de la Présidence du Conseil de sécurité, les membres du Conseil expriment en effet de nouveau leur préoccupation quant aux liens étroits qui existent entre le terrorisme international et la criminalité transnationale organisée.

Ils notent que la nature et l’étendue des liens entre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée varient selon la situation et suggèrent de continuer de mener des recherches pour mieux comprendre la nature et l’étendue de ces liens. A titre prioritaire, le Conseil de sécurité exhorte les États membres d’envisager, selon le cas, de ratifier les conventions et protocoles internationaux de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, d’y adhérer et de les mettre en œuvre dès que possible.

Le Conseil demande aux États membres « d’empêcher les terroristes de profiter du produit de la criminalité transnationale organisée et de recevoir l’appui de groupes criminels transnationaux organisés et, à cet égard, rappelle que les États Membres ont l’obligation de prévenir et de réprimer le financement du terrorisme quelle qu’en soit la finalité ». Il salue toutes les initiatives visant à renforcer les efforts internationaux de lutte contre le financement du terrorisme, y compris la conférence qui s’est tenue à Paris les 25 et 26 avril 2018.

Le Conseil demande en outre aux États membres « d’empêcher la circulation de terroristes en effectuant des contrôles efficaces aux frontières, en surveillant de près la délivrance de documents d’identité et de voyage, et en prenant des mesures visant à empêcher la falsification de documents d’identité et de voyage, la fabrication de faux et l’utilisation frauduleuse de tels documents ». S’agissant des Nations Unies, le Conseil souligne qu’il importe de renforcer la coordination et la coopération entre la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme et le Bureau de lutte contre le terrorisme, et reconnaît le rôle et les compétences essentiels de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), de l’Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice, des autres entités compétentes des Nations Unies et d’INTERPOL.