Santé mentale : une question négligée mais cruciale pour réaliser les objectifs mondiaux (ONU)

Photo ONU : Le Secrétaire général de l’ONU lors d’une table ronde sur la santé mentale à Londres.

La santé mentale reste l’un des problèmes de santé mondiale les plus négligés, même si elle est essentielle à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) adoptés par les dirigeants mondiaux, ont déclaré des hauts fonctionnaires des Nations Unies lors d’une réunion à Londres cette semaine. « Une personne sur quatre vit un épisode de santé mentale au cours de sa vie, mais la question reste largement négligée », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors d’une table ronde sur la santé mentale organisée conjointement par son bureau, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Wellcome Trust, une fondation caritative qui soutient les scientifiques et les chercheurs. « L’ONU est déterminée à travailler avec des partenaires pour promouvoir la santé mentale et le bien-être pour tous », a ajouté M. Guterres.

La table ronde, qui s’est tenue mercredi soir, incluait la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed, le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, la Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Henrietta Fore, et une vingtaine d’universitaires, de représentants de gouvernements et de la société civile.

Le message principal issu de la discussion a été le soutien croissant à l’idée qu’il ne peut pas y avoir de « santé sans santé mentale » et qu’il faut aller au-delà du secteur de la santé pour trouver des solutions créatives aux causes profondes de la détérioration de la santé mentale.

L’inadéquation des soins ne se fait pas dans le vide, et il y a des facteurs sociétaux et environnementaux en jeu, a-t-on entendu lors de la table ronde.

Mme Mohammed a expliqué que la santé mentale n’est pas seulement un problème pour le secteur de la santé car elle est également liée à l’égalité et aux droits individuels fondamentaux. À cet égard, elle a appelé à un plus grand investissement intersectoriel pour résoudre le problème.