Saint-Pétersbourg, capitale mondiale du Jazz

Photo : UNESCO

La ville russe est l’hôte le 30 avril de la 7e Journée internationale du jazz qui est également célébrée dans plusieurs villes de Russie et dans plus de 190 pays. Pas moins de 32 étoiles du jazz de 14 pays se produiront en concert lundi soir au Théâtre Mariinsky, la célèbre institution culturelle de Saint-Pétersbourg qui accueille la 7e Journée internationale du jazz.Sous la direction musicale de l’Américain John Beasley, ces musiciens de renommée internationale et originaires de tous les continents illustreront la diversité culturelle que représente le jazz.

Le public saint-pétersbourgeois et mondial (le concert sera diffusé gratuitement sur internet) pourra notamment voir et écouter les chanteuses américaine Diane Reeves, malienne Fatoumata Diawara et brésilienne Luciana Souza, ainsi que le guitariste israélien Gilad Hekselman, le joueur de sintir marocain Hassan Hakmoun, le premier saxophoniste chinois Gaoyang Li et le percussionniste japonais Taku Hirano

 Les jazzistes russes seront également à l’honneur de cette Journée avec la présence du compositeur et chef d’orchestre Anatoly Kroll, du batteur et compositeur Oleg Butman, du multi-instrumentiste David Goloschyokin et du groupe Moscow Jazz Orchestra.

Saint-Pétersbourg et le jazz partagent une histoire commune depuis plus de 90 ans. La ville a vu naître le jazz russe dan les années 1920, où les milieux universitaires et les élites ont adopté d’entrée de jeu cette musique. En 1927, le premier groupe de jazz de Russie fut crée au sein du Saint-Pétersbourg Capella, et fuit suivi de la création du premier collectif de jazz en 1929. Saint-Pétersbourg est aussi la seule ville de Russie à avoir une salle de concert philarmonique de jazz, fondée en 1989.

« Le jazz est l’expression de l’harmonie … et en même temps de l’espoir et de la liberté » – Herbie Hancock

Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO depuis 2011, Herbie Hancock a accompagné toutes les Journées internationale du Jazz depuis la première édition en 2012. « Quand un être humain est opprimé, la tendance naturelle est de ressentir de la colère. Le jazz est une réponse à l’oppression qui ne se traduit pas par des balles et du sang. Le jazz est l’expression de l’harmonie … et en même temps de l’espoir et de la liberté », a déclaré le pianiste américain qui est avec le saxophoniste russe, Igor Butman, l’un des co-directeurs musicaux du concert saint-pétersbourgeois.

« Le jazz puise ses racines dans la lutte pour la liberté et la résistance à l’oppression », a pour sa part déclaré Audrey Azoulay, la Directrice générale de l’UNESCO, dans un message publiée a l’occasion de la Journée. « Cette musique, dans ses styles variés, a été adoptée et assimilée par d’innombrables cultures, mutant en de nouveaux modes d’expression, dans une résonance infinie avec la diversité des chants et musiques du monde », a-t-elle ajouté.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) croit dans le pouvoir du Jazz comme force de paix, de dialogue et de compréhension mutuelle. C’est pourquoi en novembre 2011, la conférence générale de l’UNESCO a proclamé le 30 avril ‘Journée internationale du jazz’ – un événement célébré chaque année depuis 2012.

L’ambition de la Journée internationale du jazz est de sensibiliser le monde aux vertus de la musique jazz comme un outil pédagogique et comme un moteur d’empathie, de dialogue et de coopération entre les peuples. A l’occasion de cette journée, des musiciens, des producteurs, des enseignants, des étudiants et des amateurs de jazz se mobilisent à travers toute la planète à l’occasion de manifestations allant du simple concert aux festivals de plusieurs jours. Des activités sont organisées par des écoles, des musées, des centres communautaires, des universités, des cafés et des jazz clubs afin de promouvoir la musique jazz, et plus généralement sa contribution à la construction de sociétés inclusives.

« Depuis qu’il existe, le jazz parle aux peuples de toutes langues et de toutes situations économiques et politiques, à mesure qu’il trace sa trajectoire originale d’expression de la liberté, de la dignité et des droits humains », a souligné Audrey Azoulay. La cheffe de l’UNESCO espère que la célébration de cette Journée « donnera le la à un rapprochement des uns avec les autres ». Le concert au Théâtre Mariinsky sera diffusé sur internet en direct dans le monde entier ce 30 avril à 23 heures (heure de Saint-Pétersbourg), 22 heures (heure de Paris), 16 heures (heure de New York et Montréal) et 15 heures (heure de la Nouvelle Orléans).