Le HCR et l’OCDE lancent un plan d’action pour stimuler l’emploi des réfugiés

Photo : HCR

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques, ont lancé mardi un plan d’action pour élargir les possibilités d’emploi pour les réfugiés. « Ce plan d’action montre la voie à suivre pour exploiter pleinement le potentiel économique des réfugiés, contribuer à leur intégration sociale et offrir une situation gagnant-gagnant aux réfugiés, aux employeurs et aux communautés d’accueil », a déclaré le Haut-Commissaire assistant du HCR chargé de la protection, Volker Türk, dans un communiqué de presse.

« Pour exploiter pleinement le potentiel des réfugiés dans les économies et les sociétés d’accueil, il faut une approche pangouvernementale en partenariat étroit avec la société civile. Les employeurs peuvent et doivent jouer un rôle central dans ce processus, mais ils doivent être soutenus par des politiques et des mesures solides d’autres parties prenantes, y compris au niveau local. Ensemble, nous pouvons tirer le meilleur parti des compétences, des talents et des potentiels des réfugiés », a déclaré Stefano Scarpetta, Directeur du travail et des affaires sociales de l’OCDE.

Pour que cette initiative réussisse, un large éventail d’acteurs doit être impliqué et bien coordonné. Le plan lui-même est le résultat d’un vaste processus consultatif, auquel ont participé des employeurs, des syndicats, des organisations de la société civile, des gouvernements et des réfugiés.

Le plan identifie les domaines d’action qui sont essentiels pour assurer l’intégration réussie des réfugiés sur le marché du travail, notamment : l’inventaire initial des compétences des réfugiés et l’identification des éventuelles lacunes en matière de compétences; l’adéquation entre les compétences des réfugiés et les besoins de main-d’œuvre des employeurs; les étapes nécessaires pour garantir l’égalité des chances et préparer le lieu de travail pour accueillir et intégrer de nouveaux collègues réfugiés; le soutien aux employeurs qui doivent naviguer dans le cadre administratif concernant le droit au travail des réfugiés; la nécessité d’une sécurité juridique suffisante pour la durée du séjour des réfugiés et pour un modèle durable d’emploi des réfugiés.

« Ce plan d’action appuie pleinement une nouvelle approche, selon laquelle les réfugiés seraient inclus dès le départ dans les communautés, accéderaient à des emplois et deviendraient autonomes, contribueraient aux économies locales et au développement des communautés d’accueil », a déclaré M. Türk.