Les souffrances liées à la faim dans les zones de conflit continuent de s’intensifier, selon la FAO et le PAM

Résultat de recherche d'images

Photo : FAO

L’insécurité alimentaire dans les pays touchés par un conflit continue de se détériorer, ce qui signifie que les efforts pour apporter une aide alimentaire aux communautés affectées et pour soutenir leurs moyens d’existence demeurent particulièrement vitaux, selon un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM). Version arabe en bas de la page.

Ce rapport adressé au Conseil de sécurité de l’ONU couvre 16 pays : l’Afghanistan, le Burundi, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Guinée Bissau, Haïti, l’Iraq, le Liban avec les réfugiés syriens, le Libéria, le Mali, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, la Syrie, l’Ukraine, le Yémen et la zone transfrontalière du bassin du lac Tchad.

Pour la moitié de ces endroits, l’évaluation menée par la FAO et le PAM indique qu’un quart de la population est confrontée à des niveaux de famine critiques ou d’urgence, conformément au Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC).

Dans les pays où plus du quart de la population est confrontée à une situation de faim aiguë, le document souligne qu’au Yémen, près de 60% de la population est touchée, soit 17 millions de Yéménites. Plus de 4,8 millions de Sud-Soudanais ne sont pas épargnés, soit 45% de la population. 6,5 millions de personnes souffrent d’une faim aiguë en Syrie (33% de la population). La même proportion (33%) est notée au Liban où 1,9 million de personnes sont confrontées à la faim, en raison notamment du grand nombre de réfugiés syriens. Les autres pays mentionnés dans ce document restent, la Centrafrique (26% soit 1,1 million), l’Ukraine (26%, 1,2 million), l’Afghanistan (25%, 7,6 millions) et la Somalie (25%, 3,1 millions).

La sécurité alimentaire essentielle à la paix

Mais selon la FAO et le PAM, ces pays ne sont pourtant pas les seuls à susciter une vive inquiétude. En République démocratique du Congo – où de vives inquiétudes liées à la sécurité alimentaire ont été éclipsées par d’autres crises en Afrique – la situation se détériore rapidement. 11% de la population du pays est maintenant en situation de crise ou a dépassé ce niveau selon l’échelle IPC. A cela s’ajoutent 7,7 millions de personnes confrontées à une situation de faim aiguë.

Au Soudan, 3,8 millions de personnes sont considérées comme ayant atteint le niveau de crise ou l’ayant dépassé selon l’échelle IPC. Elles sont 3,2 millions en Iraq. Dans le bassin du Lac Tchad, elles sont au nombre de 2,9 millions. Au Burundi et en Haïti, elles sont respectivement 1,8 et 1,3 million.

Dans ces 26 pays, il existe un facteur commun compromettant la sécurité alimentaire : les conflits. En effet, selon la dernière évaluation de l’ONU sur la sécurité alimentaire mondiale, l’intensification des conflits est la principale raison derrière la récente résurgence de la faim dans le monde après plusieurs décennies de déclin.

Le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde s’élevait à 815 millions en 2016, contre 777 millions l’année précédente. La majorité des personnes souffrant de la faim (489 millions de personnes) vivent dans des pays touchés par des conflits.

تقرير أممي: 500 مليون شخص يعانون من انعدام الأمن الغذائي بسبب الصراعات

قدم برنامج الأغذية العالمي ومنظمة الأغذية والزراعة (الفاو) إلى مجلس الأمن الدولي تقريراً مشتركاً تحت عنوان (رصد الأمن الغذائي في البلدان التي تشهد حالات صراع) أشار إلى استمرار تدهور الأمن الغذائي في البلدان المنكوبة بالنزاعات. 

ودعا التقرير إلى بذل مزيد من الجهود الإنسانية لتزويد هذه البلدان بالإغاثة الغذائية، وشدد على ضرورة دعم سبل كسب العيش. ويغطي هذا التقرير انعدام الأمن الغذائي في 16 بلدا* منها اليمن وسوريا ولبنان (لوجود اللاجئين السوريين) والعراق والسودان وجنوب السودان والصومال. وقد لاحظ التقرير أن ربع السكان أو أكثر، في حوالي نصف هذه الأماكن، يواجهون مستويات جوع أو حالات طوارئ من الجوع (حسب المقياس العالمي للأمن الغذائي).

وقد تصدرت اليمن قائمة هذه البلدان التي تعاني من انعدام الأمن الغذائي، ووصل عدد المتأثرين إلى ما يقرب من 17 مليون شخص (أي ما يعادل 60 بالمئة من السكان)، وتلاها جنوب السودان (4.8 مليون شخص أي حوالي 45 بالمئة) وبعد ذلك سوريا (6.5 مليون شخص أي ما يعادل 33 بالمئة من السكان) ويليها لبنان (حوالي المليوني شخص أي ما يعادل 33 % من السكان بسبب وجود أعداد كبيرة من اللاجئين السوريين).

وحذر التقرير من تأثر بلدان أخرى مثل جمهورية الكونغو الديمقراطية بسبب انعدام الأمن الغذائي في الدول المجاورة. ويواجه حوالي 7.7 مليون شخص (أي 11 % من عدد السكان) مستويات حالات طوارئ من الجوع. وكذلك في السودان ( 4 ملايين شخص )، والعراق (3.2 مليون شخص .