Une gouvernance innovante et des villes ouvertes sont les clés d’une urbanisation durable, estime l’ONU

A l’occasion de la Journée mondiale des villes (31 octobre), les Nations Unies ont rappelé le rôle clé de l’urbanisation en tant que source de développement global et d’inclusion sociale.

« Alors que plus de la moitié de la population mondiale (4 milliards de personnes) vit dans des zones urbaines, nous devons repenser comment nous voulons gouverner nos villes de manière plus innovante », a déclaré dans un message Joan Clos, le Directeur exécutif d’ONU-Habitat – le programme des Nations Unies œuvrant à un meilleur avenir urbain.

L’ONU estime que les modèles traditionnels de gouvernance urbaine ne suffiront pas à réaliser le développement durable des villes prévu dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

« Nous nous sommes engagés travailler ensemble pour un monde meilleur dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030. L’adoption du Nouveau programme pour les villes nous donne une vision sur comment construire, planifier et gérer nos villes de manière plus inclusive, sûre, résiliente, inclusive et durable », a dit M. Clos.

Une urbanisation planifiée maximise la capacité des villes à générer des emplois et des richesses et à favoriser la diversité et la cohésion sociale entre les différentes classes, cultures, ethnies et religions. Les villes ouvertes, telles que définies dans le Nouveau programme pour les villes, doivent être conçues pour vivre ensemble, créer des opportunités, permettre la connexion et l’interaction et faciliter l’utilisation durable des ressources partagées.

Selon le Directeur exécutif d’ONU-Habitat, les technologies représentent d’énormes opportunités pour parvenir à des mécanismes d’une gouvernance plus inclusive, en augmentant et en améliorant la participation des citoyens pour rendre les villes plus inclusives, plus efficaces et plus responsables.

« L’ampleur et la vitesse avec laquelle les gens accèdent à l’information et interagissent entre eux sont sans précédent dans l’histoire, et les institutions doivent réagir à ces nouvelles façons d’exercer la citoyenneté », souligne M. Clos.

 

Pour le chef d’ONU-Habitat, l’innovation ne doit pas être perçue comme une menace. « Au contraire, la transparence et le gouvernement ouvert sont des outils puissants pour rendre les villes plus efficaces et inclure de plus en plus de personnes », souligne-t-il. « Les citoyens et les parties prenantes peuvent contribuer à rendre les villes plus inclusives, notamment leurs résidents les plus vulnérables ».

Mais pour réussir, l’ONU estime que les gouvernements doivent s’ouvrir à l’idée de gouverner avec les citoyens, la société civile et le secteur privé. « Les défis devant nous sont trop grands pour être relevés par un seul acteur », a dit M. Clos, citant en exemple le crowd-sourcing qui peut aider à générer des idées et à créer de nouvelles approches en matière de gouvernance et d’élaboration de politiques.

« La gouvernance urbaine nécessite des institutions locales fortes pour tirer parti de ces opportunités et reconnaître les possibilités offertes ainsi que des dirigeants assez courageux pour être ouverts aux changements », a dit le chef d’ONU-Habitat. « Si nous ouvrons nos esprits aux possibilités et opportunités que présente un gouvernement ouvert, cela contribuera de manière significative à créer un monde meilleur pour les personnes, la planète et la prospérité».