Les femmes rurales doivent être autonomes, rémunérées et pouvoir choisir leur avenir professionnel, souligne l’ONU

Image result for femme  tunisienne agricultriceLes femmes et les filles jouent un rôle majeur dans la pérennité des foyers et des communautés en zone rurale, améliorant les moyens d’existence ruraux et le bien-être général.

Mais leur rôle et leur importance sont souvent négligés, souligne ONU Femmes, l’Entité des Nations Unies pour l’autonomisation des femmes et l’égalité des sexes, à l’occasion de la Journée internationale de la femme rurale (15 octobre).

« Les agricultrices sont tout aussi productives et entreprenantes que leurs homologues masculins, mais ne sont pas toujours en mesure d’obtenir des prix comparables pour leurs cultures », déplore Phumzile Mlambo-Ngcuka, la Directrice exécutive d’ONU Femmes, dans une déclaration publiée à l’occasion de la journée. « Elles n’ont pas non plus un accès égal à la terre, au crédit, aux intrants agricoles, aux marchés et aux chaînes agroalimentaires de grande valeur qui sont essentiels à leurs moyens de subsistance ».

Près de la moitié de la main-d’œuvre agricole dans les pays en développement

Les femmes constituent une large part de la main d’œuvre agricole, formelle et informelle – près de la moitié de la main-d’œuvre agricole dans les pays en développement.

Elles contribuent ainsi de manière significative à la production agricole, à la sécurité alimentaire et à la nutrition, à la gestion des terres et des ressources naturelles et au renforcement des capacités d’adaptation face aux changements climatiques.

Leurs connaissances et leur expérience en matière de sécurité alimentaire et de nutrition, de gestion des terres et des ressources naturelles apportent des ressources supplémentaires à la résilience face aux effets négatifs du changement climatique sur les moyens d’existence ruraux.

Garantir un travail décent des femmes rurales pour stimuler une agriculture respectueuse de l’environnement

Cette année, le thème de la Journée mondiale de la femme rurale est « une agriculture adaptable au climat pour l’égalité des genres et l’émancipation des femmes et des filles rurales ».

Dans le cadre d’un programme conjoint, ONU Femmes, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM) collaborent pour réduire les inégalités entre hommes et femmes dans le travail rural

Au Kirghizistan, par exemple, les femmes utilisent des approches résilientes au climat pour cultiver des produits dans des conditions extrêmement froides, avec des emballages et du marketing qui ajoutent de la valeur à leurs produits pour les marchés urbains à prix plus élevés.

« Grâce à la formation et au développement des compétences, les femmes et les filles rurales peuvent jouer un rôle beaucoup plus important dans le développement de filières alimentaires et de chaînes de valeur agricoles, en tant que travailleuses agricoles et entrepreneures actuelles et futures », a souligné Mme Mlambo-Ngcuka. « Cela doit être davantage soutenu par la garantie d’un travail décent assorti de termes et conditions établis qui peuvent stimuler et garantir la participation des agricultrices aux chaînes de valeur vertes ».

ONU Femmes rappelle que les agricultrices peuvent également jouer un rôle important dans la protection de la biodiversité en utilisant des cultures et des méthodes d’agriculture agro-écologiques autochtones respectueuses de l’environnement et exemptes de produits chimiques toxiques.

« Dans tout cela, les gouvernements jouent un rôle essentiel: fournir l’infrastructure sociale et physique qui permet à la femme rurale de participer à la production, à la transformation, au transport et à la commercialisation agricoles durables et résilientes au climat », souligne Mme Mlambo-Ngcuka.

Les femmes rurales ont le droit de choisir leur avenir

Hautement compétentes et bien informées, les femmes rurales sont des gardiennes de leurs terres. Elles peuvent participer pleinement et plus efficacement aux chaînes de valeur écologiques, notamment en reliant de manière rentable et durable les marchés ruraux et urbains.

« Mais la vie en milieu rural ne doit pas forcément mener à l’agriculture », prévient la chef d’ONU Femmes. « Les filles rurales ont un droit égal à leurs paires urbaines à une bonne éducation, à une carrière dans les sciences, les technologies, l’ingénierie, les mathématiques (STEM) et à un rôle florissant dans la révolution numérique ».

Déjà fortement sollicitées par le travail agricole, les femmes rurales effectuent en outre la majeure partie des soins non rémunérés et du travail domestique au sein des familles et des ménages.

« Etre née fille ne devrait pas conduire automatiquement à un avenir consacré à prendre soin des membres de la famille sans être rémunérée », souligne la Directrice exécutive d’ONU Femmes, qui estime que si l’importance de ces soins doit être reconnue, la réduction du temps qui y est consacré doit l’être également par des investissements gouvernementaux dans les infrastructures de base et les technologies, laissant ainsi davantage de temps aux femmes rurales.

« C’est seulement une fois que ces inégalités auront été nivelées, que les femmes et les filles, qu’elles soient rurales ou urbaines, pourront prendre leur place au cœur de la réalisation des objectifs de développement durable et de la croissance d’un avenir meilleur pour nous tous », précise Mme Mlambo-Ngcuka.