Le Secrétaire général présente sa nouvelle stratégie pour prévenir et répondre aux abus sexuels commis par les membres du personnel de l’ONU

مؤتمر صحفي حول تقرير الأمين العام بشأن التدابير الخاصة للحماية من الانتهاك والاستغلال الجنسيين UN Photo/Rick Bajornas

On trouvera ci-après le message vidéo du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion de la présentation, aujourd’hui, de sa nouvelle stratégie visant à prévenir l’exploitation et les atteintes sexuelles commises par des membres du personnel de l’ONU: De tous les témoignages qu’il m’ait été donné d’entendre, ceux des victimes de viol et de violence, d’exploitation et d’atteintes sexuelles ont été les plus marquants.  Ces histoires sordides me hanteront à jamais. De tels actes de barbarie ne devraient jamais se produire.  Ils ne devraient surtout jamais pouvoir être associés à des individus qui servent sous le drapeau de l’ONU, en quelque qualité que ce soit.

L’immense majorité des troupes et du personnel de l’ONU font leur travail avec fierté, dans la dignité et dans le respect des populations qu’ils aident et qu’ils protègent, bien souvent dans des conditions difficiles et dangereuses et au prix de nombreux sacrifices personnels.

Pourtant, notre Organisation continue de faire face au fléau de l’exploitation et des atteintes sexuelles, et ce en dépit des efforts importants faits depuis de nombreuses années pour remédier au problème.

Il nous faut changer de stratégie.

Lors de mon premier discours en tant que Secrétaire général, je me suis engagé à coopérer étroitement avec les États Membres sur des mesures structurelles, juridiques et opérationnelles qui permettront de faire de la tolérance zéro une réalité.

La toute première semaine de mon mandat, j’ai créé une équipe spéciale chargée de mettre au point, dans les plus brefs délais, une stratégie nouvelle et ambitieuse visant à prévenir et à punir l’exploitation et les atteintes sexuelles commises par des membres du personnel de l’ONU.

Je présenterai aujourd’hui même mes propositions à l’Assemblée générale, pour examen.

Mon rapport esquisse une stratégie axée sur les victimes et basée sur la transparence, l’application du principe de responsabilité et la garantie que justice sera rendue.  Cette stratégie repose sur quatre piliers:

Le premier: faire des droits et de la dignité des victimes notre priorité.

Le deuxième: s’attacher à mettre fin à l’impunité des coupables de crimes et d’agressions.

Le troisième: s’appuyer sur l’expérience et l’avis des victimes, de la société civile, des populations locales et d’autres acteurs concernés pour renforcer et améliorer notre action.

Le quatrième: informer et partager les bonnes pratiques pour mettre fin au fléau.

L’exploitation sexuelle étant par ailleurs profondément enracinée dans les inégalités et la discrimination entre les sexes, nous devons absolument promouvoir une représentation équilibrée des sexes dans l’ensemble de la grande famille de l’ONU, dans nos missions et au sein de nos forces de maintien de la paix.  Nous ferons ainsi progresser la parité tout en réduisant le nombre d’agressions.

Je sais qu’ensemble, nous pouvons y arriver.

Engageons-nous dans ce combat pour toutes celles et ceux qui comptent sur l’ONU pour leur apporter l’aide et la protection indispensables à leur survie, mais aussi pour les dizaines de milliers de membres du personnel de l’ONU qui, partout dans le monde, viennent en aide aux populations avec courage et portent haut les idéaux les plus nobles de l’Organisation.

Affirmons-le d’une seule voix: nous ne tolèrerons pas que quiconque commette ou cautionne des actes d’exploitation ou des atteintes sexuelles.  Nous ne laisserons personne recouvrir ces crimes du drapeau bleu de l’ONU.

Chacune des victimes mérite que justice soit faite.  Chacune des victimes mérite notre soutien sans faille.

Ensemble, tenons cette promesse.