Journée de la langue maternelle, 21 février : l’UNESCO plaide pour la diversité linguistique

Photo : UNESCO

A l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle qui est célébrée chaque année le 21 février, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a réaffirmé mardi son engagement total pour la diversité linguistique et le multilinguisme. « Les langues expriment ce que nous sommes, elles structurent nos pensées et nos identités », a souligné la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, dans un message. « Il ne peut y avoir de dialogue authentique, ni de coopération internationale efficace, sans le respect de la diversité linguistique, qui ouvre à la compréhension véritable de chaque culture ».

« L’accès à la diversité des langues peut éveiller la curiosité et la compréhension mutuelle des peuples. C’est pourquoi l’apprentissage des langues est à la fois une promesse de paix, d’innovation et de créativité », a-t-elle ajouté.

Cette année, le thème de la Journée est intitulé : « Vers des avenirs durables grâce à l’éducation multilingue ».

Selon Mme Bokova, ce thème est l’opportunité de se mobiliser pour les Objectifs du développement durable (ODD), et notamment l’objectif 4, pour l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.

« L’éducation et l’information dans la langue maternelle est primordial pour améliorer les apprentissages, développer la confiance et l’estime de soi, qui sont parmi les plus puissants moteurs de développement. Nous sommes des êtres de langage », a-t-elle souligné. « Les cultures, les idées, les sentiments et mêmes les aspirations à un monde meilleur se présentent d’abord et toujours à nous dans une langue précise, avec des mots particuliers. Ces langues portent des valeurs et des visions du monde qui enrichissent l’humanité. Valoriser ces langues permet d’élargir l’éventail des futurs possibles, et de renforcer l’énergie nécessaire pour y parvenir ».

A l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, la Directrice générale de l’UNESCO a lancé un appel pour que le potentiel de l’éducation multilingue « soit reconnu partout, dans les systèmes éducatifs et administratifs, dans les expressions culturelles et dans les médias, le cyberespace et les échanges commerciaux ». « Plus nous saurons valoriser les langues, plus nous aurons d’outils pour construire un avenir de dignité pour tous », a-t-elle dit.

La Journée internationale de la langue maternelle a été proclamée par la Conférence générale de l’UNESCO en novembre 1999. La date du 21 février a été choisie en hommage aux étudiants tués par la police à Dacca (aujourd’hui la capitale du Bangladesh) alors qu’ils manifestaient pour que leur langue maternelle, le bengali, soit déclarée deuxième langue nationale du Pakistan de l’époque.