Message du Secrétaire général publié à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires – New York, 26 septembre 2016

eliminations-des-armes-nucleaires

Sculpture de Saint George et du dragon. Le dragon est composé de fragments de missiles nucléaires soviétiques SS-20 et de missiles nucléaires Pershing américains. Photo ONU/Milton Grant

Le désarmement nucléaire est l’un des principes fondateurs de l’Organisation des Nations Unies. Il était l’objectif visé par la première résolution de l’Assemblée générale. Le désarmement est dans nos gènes. Je suis fier d’avoir contribué aux progrès sur la voie d’un monde exempt d’armes nucléaires. En 2008, j’ai lancé une proposition en cinq points sur le désarmement nucléaire pour inciter les États Membres à agir davantage. Depuis lors, j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour convaincre les États de l’urgence de cette tâche.

Lorsque nous regardons autour de nous, nous voyons que nous faisons face à des dangers nucléaires croissants. Le désarmement nucléaire multilatéral est au point mort.

Des dizaines de milliards de dollars sont consacrés à l’entretien et à l’amélioration de systèmes d’armes nucléaires.

Un pays – la République populaire démocratique de Corée – ne cesse de défier les interdictions d’essais nucléaires et la volonté de la communauté internationale, persistant à se doter de capacités nucléaires et de missiles balistiques.

Malheureusement, de nombreux pays conservent la dissuasion nucléaire dans leur doctrine de sécurité. Or, les événements récents ont montré que les armes nucléaires ne contribuaient pas à la paix et à la sécurité, au contraire : leur mise au point et leur possession est devenue une source majeure de tension internationale.

Dans le même temps, nous voyons apparaître des dissensions croissantes sur l’avenir du désarmement nucléaire multilatéral. Le prochain cycle d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires commence en 2017. Le monde ne peut se permettre un nouveau cycle d’inaction.

De nombreuses voies peuvent mener à un monde exempt d’armes nucléaires. Ce qui compte, c’est que tous les États agissent maintenant, sans tarder, et honorent leurs engagements en matière de désarmement et de non-prolifération.

Engageons-nous à œuvrer à l’élimination totale des armes nucléaires, de toute urgence et pour le bien commun. Notre survie même en dépend.