L’ONU juge nécessaire de renforcer les opérations de maintien de la paix

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a estimé lundi nécessaire de renforcer les opérations de maintien de la paix des Nations Unies, à l’occasion d’un Sommet sur ce thème qui s’est déroulé en marge du débat général de l’Assemblée générale.« Nous sommes ici pour renforcer les opérations de maintien de la paix des Nations Unies de manière concrète et significative.

Les opérations de maintien de la paix sauvent des vies, protègent des gens et aident des pays à surmonter des conflits », a dit M. Ban lors de ce sommet organisé à l’initiative des Etats-Unis.

Les Nations Unies déploient actuellement plus de 125.000 militaires, policiers et employés civils en provenance de plus de 120 pays dans le cadre des missions de maintien de la paix. Ces missions gèrent 350 cliniques, 167 hélicoptères, 70 avions et plus de 13.000 véhicules, a indiqué M. Ban.

L’Organisation s’est engagée dans des efforts pour redynamiser ces opérations. Un groupe d’experts a proposé une série de mesures et Ban Ki-moon a présenté ce mois-ci un rapport contenant des recommandations basées sur ces suggestions. Dans ce rapport intitulé « L’avenir des opérations de paix des Nations Unies », le Secrétaire général juge nécessaire des changements fondamentaux.

Lundi, le chef de l’ONU a de nouveau insisté sur quatre points.

Il faut tout d’abord, selon lui, « des capacités militaires prévisibles et efficaces » qui répondent notamment aux normes de l’ONU.

Il faut également « du personnel de police qualifié, ainsi que des experts dans les secteurs de la justice et des services correctionnels », a-t-il ajouté. « Nous avons besoin de davantage de policiers de sexe féminin ».

« Troisièmement, alors que nous essayons de remédier aux lacunes d’aujourd’hui, nous avons besoin d’une force de réserve pour demain », a-t-il encore dit, encourageant les pays participant à ce sommet à promettre des troupes pour le nouveau Système de préparation des capacités de maintien de la paix.

Enfin, Ban Ki-moon a jugé nécessaire de « prévenir et de punir l’exploitation et les abus sexuels ». « Ceux qui servent au sein des opérations de paix ne doivent jamais s’attaquer aux gens qu’ils sont censés protéger. Je compte sur tous pays contributeurs de militaires et de policiers d’agir rapidement et de façon décisive pour que les responsables rendent des comptes », a-t-il dit.

La publication du rapport sur l’avenir des opérations de maintien de la paix était intervenue alors que des Casques bleus de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) sont accusés d’avoir commis des abus sexuels sur des civils. Le chef de l’ONU avait alors rappelé la politique de tolérance zéro de l’Organisation en la matière.