L’Afrique doit s’Industrialiser

Lors de l’évènement de haut niveau qui s’est déroulé aujourd’hui, à New York, les participants ont exprimé vivement leur appui à l’industrialisation de l’Afrique comme la voie à suivre pour la mise en œuvre des Objectifs de développement durable. Ce communiqué de presse est publié par la Commission de l’Union africaine (CUA), le Bureau du Conseiller spécial sur l’Afrique (OSAA),

la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel qui organisaient l’évènement.

L’Afrique a connu une croissance économique remarquable depuis le début du millénaire. Elle est devenue la deuxième région à plus forte croissance au monde et continue dans cette voie malgré le ralentissement persistent de l’activité économique mondiale. Afin d’être durable et inclusif, ce progrès doit maintenant être accompagné d’une transformation structurelle qui reste la seule option pour éliminer la pauvreté en Afrique. Pour profiter pleinement de la richesse de ses ressources naturelles et récolter les bénéfices du dividende démographique, l’Afrique doit s’industrialiser.

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030, et l’Objectif de développement durable 9 reconnaissent la centralité d’une industrialisation inclusive et durable pour le développement. Les leaders africains ont fait une déclaration ambitieuse en faveur d’une croissance inclusive et d’un développement durable dans leur Position Commune africaine sur le programme de développement pour l’après-2015 et la Déclaration solennelle du 50e anniversaire de l’Union africaine, culminant dans l’Agenda 2063, et son premier Plan décennal de mise en œuvre. De nombreux pays africains ont pris les devants et élaborent déjà des stratégies nationales afin de tirer parti de la dynamique mondiale actuelle pour favoriser le développement industriel durable et inclusif.

Dans ce contexte, les dirigeants africains participant à cet événement de haut niveau sur « L’opérationnalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 pour l’industrialisation de l’Afrique » ont fait appel à la communauté internationale afin qu’elle augmente son aide financière en accord avec l’Objectif 9 du Programme de développement durable à l’horizon 2030, et qu’elle soutienne les projets d’industrie et d’infrastructure qui sous-tendent ce développement, en particulier ceux mentionnés sous l’Aspiration 1 de l’Agenda 2063 de l’Union africaine  qui appelle à une Afrique prospère basée sur une croissance inclusive et un développement durable.

En particulier, ils ont demandé au secteur privé de reconnaitre le potentiel de l’exportation et du marché intérieur africain, et ont invité les investisseurs étrangers à augmenter substantiellement leurs engagements envers le continent. Ils en ont également appelé aux organisations internationales pour qu’elles fournissent des conseils en politiques industrielles et des programmes de coopération technique pour permettre aux pays africains de mettre en œuvre leurs stratégies et de développer une coopération régionale et inter-régionale plus forte. Ils ont souligné l’urgence pour tous les pays de promouvoir la transformation structurelle, le changement technologique et de l’innovation.

L’intégration économique régionale, le commerce intra-africain, l’augmentation des investissements étrangers directs et de l’aide publique au développement, ainsi que la coopération Sud-Sud et triangulaire seront des piliers fondamentaux de ce processus. Les nouveaux Programmes de l’ONUDI pour le partenariat pays, le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD), la Vision minière africaine et le Plan d’action pour le développement industriel accéléré de l’Afrique (AIDA) sont des mécanismes prometteurs pour mobiliser des coalitions multipartites visant à promouvoir l’industrialisation. Comme on l’a observé durant la troisième Conférence pour le financement du   développement, et l’adoption du Programme d’action d’Addis-Abeba, il faut continuer à mettre l’accent sur la croissance économique inclusive et un développement industriel durable.

Au moment où le monde est sur le point d’adopter le Programme de développement durable 2030, nous invitons toutes les parties prenantes à unir leurs forces et à former un nouveau partenariat mondial pour sa mise en œuvre, en particulier pour les pays les plus vulnérables d’Afrique, y compris les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développent. Nous devons saisir ce moment historique et ensemble prendre des mesures majeures en vue d’atteindre les objectifs du programme de transformation pour un développement industriel inclusif et durable pour le bénéfice de tous les pays du continent et de leurs populations.  La CUA, OSAA, la CEA et l’ONUDI s’engagent pleinement  à soutenir les États membres dans leur appel à l’Assemblée générale d’adopter en 2016 une résolution pour une Décennie de l’industrialisation africaine, 2016-2025.