Le Comité de l’information conclut ses travaux en soulignant l’importance de la sensibilisation d’un auditoire mondial sur les activités de l’ONU

USG GALLACHEn achevant sa trente-septième session, cet après-midi, le Comité de l’information de l’ONU a rappelé l’importance pour l’humanité de disposer d’une information indépendante et pluraliste et fixé les priorités du Département de l’information (DPI) des Nations Unies en une année marquée par le soixante-dixième anniversaire de l’ONU et les perspectives de développement durable pour l’après-2015.

Après deux semaines de travaux, le Comité a ainsi adopté son rapport* qui contient deux projets de résolution, l’un sur « l’information au service de l’humanité », l’autre qui présente en détail les recommandations sur les « activités et politiques des Nations Unies en matière d’information ».

La Secrétaire générale adjointe à la communication et à l’information, Mme Cristina Gallach, s’est félicitée du travail important qui a été fourni par le Comité en vue de donner une orientation et de renforcer les activités du DPI.  Elle a jugé encourageant le soutien évident qui a été manifesté en faveur de la mission du DPI d’accroître la compréhension, la coopération et la solidarité, alors que le Département s’efforce de viser un auditoire mondial et diversifié dans plusieurs langues.

Le travail du DPI dépend de la collaboration avec les États Membres dans le cadre d’un partenariat constructif, a estimé la Secrétaire générale adjointe, en saluant ainsi les membres du Comité pour le temps et l’engagement dont ils ont fait preuve pour guider le travail du Département et renforcer sa capacité à relater les événements des Nations Unies.

Mme Gallach a indiqué qu’elle avait pris note de l’accent mis par le Comité, comme lors des années précédentes, sur le principe du multilinguisme et de la parité linguistique dans le travail du Département.  Le Département de l’information, a-t-elle assuré, demeurera pleinement engagé en faveur de ce principe et œuvrera avec le Comité pour trouver des moyens créatifs visant à garantir l’équité linguistique dans ses productions et services.

Le Comité, dans son projet de résolution, invite à cet égard l’Assemblée générale à encourager une discussion entre le DPI et le Département de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences (DGACM) sur les possibilités de fusion des activités de publication et sur le développement d’une collaboration pour renforcer le multilinguisme, et ce, d’une manière neutre sur le plan budgétaire.  Il s’agit en effet de traiter sur un pied d’égalité les six langues officielles des Nations Unies.

Outre des recommandations pour arriver à publier des communiqués de presse quotidiens dans toutes les langues officielles (anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe), le texte propose de demander au Secrétaire général une stratégie visant à augmenter la sensibilisation sur les activités de l’ONU par le biais des médias sociaux, grâce à une utilisation plus équilibrée de ces six langues.

En présentant le chapitre III du rapport qui contient un résumé des débats de la session, le Rapporteur du Comité, M. Hossein Maleki, de la République islamique d’Iran, a souligné l’importance de l’année 2015 pour l’avenir du développement durable, alors que se prépare le programme de développement pour l’après-2015 qui sera adopté lors du Sommet de septembre prochain.  Le DPI a été encouragé, à cet égard, à poursuivre ses activités de sensibilisation, en accordant une attention particulière aux résultats des sommets et grandes conférences des Nations Unies.

Le DPI est aussi encouragé à poursuivre ses activités visant à promouvoir le dialogue entre les civilisations.  En outre, le texte que vient d’adopter le Comité reconnaît l’écart qui se creuse entre les pays développés et les pays en développement en termes de technologie de l’information et des communications et appelle le DPI à contribuer à combler ce fossé.

En ce qui concerne le réseau des 63 centres d’information des Nations Unies, l’Assemblée générale est invitée à souligner l’importance de le rationaliser, en envisageant le redéploiement des ressources selon que de besoin, tout en tenant compte des caractéristiques de chaque région.

En vertu du projet de résolution adopté, le Comité prend note avec appréciation de l’offre de la République de Corée d’accueillir un centre d’information des Nations Unies, en demandant au Secrétaire général d’étudier la faisabilité de ce projet de la façon la moins coûteuse.

Reconnaissant le travail important accompli par le Comité, Mme Gallach a estimé que le partenariat entre le Comité de l’information et le DPI était une pierre angulaire du travail du Département.  Elle a précisé que ce partenariat reposait sur « la confiance, la compréhension mutuelle et les objectifs et obligations réciproques ».  Grâce à des consultations et à un dialogue permanent, ce lien sera renforcé, a affirmé la Secrétaire générale adjointe à la communication et à l’information.

« Communication, dialogue et compréhension » sont au cœur de l’information et, par définition, doivent être au centre des travaux du Comité, a également exprimé le Président du Comité de l’information pour la période biennale 2015-2016, M. Kaha Imnadze (Géorgie).

Enfin, le Président du Comité a lu un message, communiqué récemment par un collègue du Centre d’information des Nations Unies au Népal, qui explique avoir continué à travailler malgré les circonstances difficiles après le tremblement de terre.  « Nous avons une responsabilité envers tous ceux qui, partout dans le monde, travaillent dans des conditions difficiles, pour garantir qu’ils aient des ressources et le soutien nécessaires pour diffuser partout dans le monde le message de l’ONU », a déclaré M. Imnadze.

En début de séance, le Comité avait complété la composition de son Bureau en élisant par acclamation Mme Carla Rivera (El Salvador) au poste de vice-présidente du Comité pour les années 2015 et 2016.