Conférence conjointe sur le rôle des leaders religieux dans le prevention de l’incitation aux crimes d’atrocité

Le Bureau des Nations Unies pour la Prévention du Génocide, le Centre international Roi Abdullah Ben Abdelaziz pour le dialogue interreligieux et intercultural (KAICIID) et la Délégation Interministérielle aux Droits de l’Homme (DIDH) Maroc, organisent une conference sur le rôle des leaders religieux dans le prevention de l’incitation aux crimes d’atrocité, du 23 au 24 avril à Fès. Cette conference est organisée avec l’appui de la Rabita Mohammadia des Ulamas au Maroc.

 Les participants à la conférence discuteront du rôle des leaders religieux et des organisations confessionnelles dans la prévention des crimes d’atrocité, en d’autres termes le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité.

 « La prévention des tensions religieuses et de l’intolérance nécessite l’implication de tous les secteurs de la société, » a noté Adama Dieng, Conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide. « Cependant, les leaders religieux peuvent jouer un rôle spécifique et critique. Compte tenu de l’influence profonde qu’ils ont sur leurs adeptes, au niveau de la communauté et aux niveaux national et international, les chefs religieux peuvent et doivent jouer un rôle dans la prévention, l’atténuation et la résolution des tensions et des conflits entre les personnes de différentes confessions. En agissant ainsi, ils peuvent aider à prévenir la violence qui pourrait conduire à des crimes d’atrocité ».

 Le Secrétaire général du KAICIID Faisal Bin Mouammar a déclaré: “Au KAICIID nous rejetons complètement l’utilisation abusive de la religion pour justifier la violence. Les leaders religieux ont un rôle influent à jouer dans la lutte contre l’abus de la religion, et nous les encourageont à s’exprimer fermement et rapidement contre la violence – et contre les discours de haine. Leurs voix puissantes peuvent faire clairement comprendre qu’il n’y a aucune justification pour la violence comme réponse à l’incitation à la haine.

 Les leaders religieux sont des leaders dans leurs communautés : ils ont la responsabilité de protéger les personnes qu’ils servent. Surtout dans les sociétés où les tensions entre communautés menacent de causer de la violence. Le dialogue et la coopération entre les leaders religieux de toutes les communautés concernées est crucial dans la prévention des effusions de sang « .

De son côté, M. Mahjoub El Haiba, Délégué Interministériel aux droits de l’Homme estime que «la montée des replis soit au nom de la religion ou de l’appartenance nationale ou ethnique, et la propagation de la mono-culture résultant de certains aspects négatifs de la mondialisation, et l’abus d’usage des technologies modernes de la communication et des médias, sont des facteurs qui ont contribué à nourrir le discours de la haine, de la violence et de la discrimination. Au lieu de vivre dans des sociétés tolérantes où règnent les droits humains, la démocratie et le pluralisme, nous nous retrouvons face à une situation dans laquelle l’incitation à la haine, la violence et le terrorisme est exercée à grande échelle, ouu les valeurs humaines fondamentales sont bafouées. »

Pour sa part,  M. Ahmed Abbadi, Secrétaire Général de la Rabita Mohammadia des Oulémas au Maroc affirme que : »le démantèlement du discours de la haine, de la violence et de la discrimination fondé sur la religion, commence par la révision des interprétations dans les diverses religions à la lumière de leur dénominateur commun à savoir la volonté de faire procurer le bonheur à tout le monde dans l’immédiat et à long terme et le renforcement des capacités des leaders religieux en vue d’une meilleure appropriation des valeurs humaines et dont l’impact serai directement visible dans la réalité ».

Les représentants des médias sont cordialement invités à assister à la séance plénière d’ouverture:

 Date: 23 Avril 2015

 Heure : 09.00-09.30 AM

 Lieu : Hotel Les Merinides,  Douar El Magta, Fes, Maroc

 Panelistes:

Adama Dieng, Conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide

Faisal Bin Muaammar, Secrétaire Géneral, le Centre international Roi Abdullah Ben Abdelaziz pour le dialogue interreligieux et intercultural (KAICIID)

Mahjoub El Hiba, le Délégué Interministériel des Droits de l’Homme,

Pour plus d’informations, photos ou possibilities d’interviews, prière de contacter:

Délégation Interministérielle des Droits de l‘Homme :

Hrich Nadia. hrich@didh.gov.ma/ cell: +(212)661238070

Centre d’Information des Nations Unies, Rabat:

Hind ABOUFALAH : aboufalah@un.org / cell. : +(212)668586873 or +(212)661297189